Return to Index
 S’enregistrer   FAQ   Rechercher   Membres   Groupes   Profil   Se connecter pour vérifier ses messages privés   Connexion 
Infos N° 20 du 27/11/2009.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    barreursvirtuels Index du Forum :: Les Régates Réelles. :: Toutes les Infos sur les Régates Réelles. :: Transat Jacques Vabre.
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Brezhoneg


Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2009
Messages: 588
Localisation: Bretagne Sud
Masculin Vierge (24aoû-22sep) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Sam 28 Nov - 20:23 (2009)    Sujet du message: Infos N° 20 du 27/11/2009. Répondre en citant
Le cinquième monocoque Imoca en approche

Le cinquième monocoque Imoca de la Transat Jacques Vabre est attendu d'ici peu de temps sur la ligne d'arrivée à Puerto Limon. Pour l'heure la bataille fait encore rage entre Veolia Environnement et W Hotels. Le suspense devrait encore durer...

La loi du sport !

4 heures du matin, un de plus, le 20ème je crois depuis le Havre. Sous pilote, Artemis avance cap vers la lune. Les corps et les têtes sont fatigués. Brûlures, courbatures, ce fût dur ! Mais la mission est accomplie. Mener à bien cette aventure, joindre Le Havre à Puerto Limon, est en passe de se réaliser, premier objectif atteint. Côté performance, ça n'aura pas été ça, mais notre sport est complexe, les machines demandent de grosses mises au point et une course est une course! C'est le sport !

Dans nos bagages : beaucoup d'histoires, quelques déboires et trois mois d'une belle complicité partie de rien et qui restera comme une très belle parenthèse dans mon parcours de marin.Merci Sam, pour tes sourires, tes:" toujours prête ", tes " allons-y ", tes " c'est pas grave ", ton " si j'avais le droit, je crois que je pleurerais " de cette dernière nuit....Repose toi bien pour repartir toujours plus fraîche sur ton terrain de jeu, de vie: les Océans.

W Hotels cinquième monocoque

W Hotels est arrivé Puerto Limon aujourd’hui à 5 heures 41 minutes et 44 secondes (Heure Locale) soit 12 heures 41 minutes 44 secondes (Heure Française). Alex Pella et Pepe Ribes prennent la cinquième place des monocoques avec un temps de course de 18 jours 22 heures 11 minutes et 44 secondes à la vitesse moyenne de 10,41 nœuds. Les espagnols sont arrivés 3 jours 2 heures 49 minutes et 34 secondes parès le vainqueur Safran.

Veolia Environnement sixième monocoque

Veolia Environnement est arrivé Puerto Limon aujourd’hui à 5 heures 46 minutes (Heure Locale) soit 12 heures 46 minutes (Heure Française). Roland Jourdain et Jean-Luc Nélias prennent la sixième place des monocoques avec un temps de course de 18 jours 22 heures 16 minutes à la vitesse moyenne de 10,41 nœuds. Veolia Environnement est arrivé 3 jours 2 heures 53 minutes et 50 secondes après le vainqueur Safran

Prévisions de Météo Consult - samedi 28 novembre

Samedi 28 La dépression centrée près de Panama remontera vers Cartagène. Cette évolution devrait limiter géographiquement la zone de calme près de l’arrivée et favoriser le renforcement du vent de nord-est dans le golfe. Ainsi en remontant du golfe vers le nord de la Colombie, le vent de nord-est s’établira à 15 nds et jusqu’à 25 nds à l’est-nord-est.

La réaction d'Alex Pella

« Je veux remercier toute l’équipe pour le boulot qu’ils ont fait ces derniers mois. C’était notre première course en double avec Pepe sur un Imoca et le fait d’arriver cinquième est vraiment une belle satisfaction. Les dernières heures ont été incroyables avec Veolia Environnement. On ne savait pas où ils étaient, on l’a su seulement ce matin. On était tous en furtif mais avec Veolia on s’est vu toute la nuit. Entre nous deux ça n’a pas servi à grand-chose. Nous venons de faire un très bon entraînement pour la Barcelona World Race. Nous sommes très contents d’être venus sur cette course. Notre classement est un très bon classement pour nous ! »

Les réactions des skippers de Veolia Environnement

Arrivés en sixième position à Puerto Limon, Roland Jourdain et Jean-Luc Nélias ont partagé à chaud leurs impressions...

Roland Jourdain : « Avant on avait les anglais maintenant on a les espagnols ! C’était rude ! On s’est éclaté parce qu’il y avait une belle bagarre pour la première place dans le deuxième groupe ! C’était intense et riche en tout. On savait que ce parcours serait plus varié au niveau des conditions, ça a vraiment été le cas. Nous avons même eu le droit à une petite escale technique, on aime bien avec Jean Luc ! C’est pour ça qu’on envisage de faire des courses par étapes. On aurait bien aimé jouer en première classe

Cet arrêt technique, on aurait aimé s’en passer. On ne pensait pas que ce serait aussi douloureux. On était optimistes mais on a vu le tain passer. Marco va vraiment très vite. D’accord ils ont pris la bonne direction, les bonnes options mais ils vont vraiment très vite.

Hier matin c’était l’enfer, on attendait du vent d’est et du nord et en fait on a eu du sud. Derrière on a vu un bateau qu’on a réussi à larguer. Hier soir, on l’a retrouvé et on a empanné. Dans un grain, on a viré et on leur a mis 5 milles. Et ce matin, on arrivait tranquille et on a vu un bolide arriver à fond, on a cru que c’était un bateau à moteur ! Ce n’est pas poli !

Ca a bien fonctionné, en revanche, il ne faut pas que ça se passe à chaque fois. On a vécu la même chose sur la Transat AG2R. Il y a peut être un truc qui ne va pas à bord. Mais c’était bien !

On voit vient que Veolia a des trous par rapport au bolides neufs. On arrive encore à faire des coups parce que je connais la mobylette mais c’est frustrant quand même »

Jean-Luc Nélias : « On a passé W Hotels cette nuit dans un grain. On a mieux négocié les grains ! Quand on est sorti du furtif, on s’est rendu compte qu’on lui avait pris 5 milles et ce matin ils ont pris un grain et sont revenus.  Sportivement ce n’est pas complètement satisfaisant. On aurait pu se bagarrer avec des bateaux comme Mike Golding mais les autres sont plus rapides. C’est frustrant quand même parce qu’on a cassé notre rail. Les premiers ont été servis et grandement servis. On est content d’être allé jusqu’au bout. On a bien rigolé avec Bilou. Ca reste une belle aventure".

Akéna Vérandas septième monocoque

Akéna Vérandas est arrivé Puerto Limon aujourd’hui à 8 heures 50 minutes et 12 secondes (Heure Locale) soit 15 heures 50 minutes 12 secondes (Heure Française). Arnaud Boissières et Vincent Riou prennent la septième place des monocoques avec un temps de course de 19 jours 1 heure 20 minutes et 12 secondes à la vitesse moyenne de 10,34 nœuds. Ils terminent cette Transat Jacques Vabre 2009 3 jours 5 heures 58 minutes et 02 secondes derrière Safran.

Aviva huitième monocoque

Aviva est arrivé Puerto Limon aujourd’hui à 9 heures 17 minutes et 12 secondes (Heure Locale) soit 16 heures 17 minutes et 12 secondes (Heure Française). Dee Caffari et Brian Thompson prennent la huitième place des monocoques avec un temps de course de 19 jours 1 heures 47 minutes et 12 secondes à la vitesse moyenne de 10,33 nœuds. Les Britanniques terminent cette Transat Jacques Vabre 2009 3 jours 6 heures 25 minutes et 2 secondes derrière Safran.

Dee et Brian à Puerto Limon

Les premiers commentaires de Dee Caffari et Brian Thompson après leur arrivée au Costa Rica

Dee Caffari : « Je suis vraiment contente que Brian, Aviva et moi soyons arrivés au Costa Rica. Ça a été une course difficile, non seulement à cause la météo extrême de la première semaine mais aussi à cause des problèmes continus avec le générateur et le manque d’électricité à bord qui en a découlé. Naviguer avec Brian a été une super expérience, nous nous sommes bien entendus à bord et nous nous sommes soutenus dans les moments plus difficiles ! »

Brian Thompson : « Le fait que dix des quatorze bateaux au départ sur un plateau tellement élevé soient à l’arrivée montre à quel point les conditions ont été difficiles en début de course. La collaboration entre Dee et moi a bien fonctionnée et nous avons beaucoup tiré sur Aviva. Je suis content d’avoir pu rester compétitif jusqu’à la fin, à nous battre avec Akena Verandas et les autres en milieu du paquet. »

Les commentaires d'Arnaud Boissières et Vincent Riou

Satisfaits d'en finir avec cette Transat Jacques Vabre 2009 et manifestement fatigués, Arnaud Boissières et Vincent Riou se sont laissés aller à quelques commentaires...

Vincent Riou : « On dit toujours que les marins ne sont pas des gens compliqués ; qu’ils sont contents de partir et contents d’arriver. On est content d’avoir passé deux semaines en mer. Ca a été un peu compliqué parce qu’on a fait une grosse bourde au départ, on s’est trompé de chemin. Après les conditions ont été un peu musclées et il y a pas mal de boulot sur le bateau. On arrive content et fatigué. On est pressé de prendre une bonne douche et d’aller voir un bon lit.  

Il y a eu deux courses dans la course. On a fait notre course derrière avec le paquet des retardataires, c’est ce qui fait qu’aujourd’hui on arrive fatigué ! On a essayé de combler notre retard. On a réussi à revenir et en passer un .Cette nuit on a tenté le tout pour le tout en optionnant mais ça n’a pas marché. Ca a manqué de peu !

Arnaud Boissières : « Je suis content d’être arrivé et de repartir en bateau. Il y a eu beaucoup de boulot sur le bateau. Nous avons beaucoup bataillé la nuit dernière, on n’a pas eu le temps de vraiment beaucoup de reposer. En tous les cas c’était une régate passionnante.

On est parti pour un deuxième départ après notre option qui n’a pas été payant et on a bataillé pour recoller à certains.  On ne s’en est pas si mal tiré que ça. L’option n’était pas payante mais ça fait partie du jeu.

Aujourd’hui c’est une bonne surprise. On est là à bon port et on va boire un coup avec les copains.

Mon nouveau bateau reste un bateau à voile avec un mât, une quille et des systèmes un peu particuliers. Il a aussi un gros turbo et est plus rapide, ce qui permet de jouer un peu plus pour les premiers postes.  La finalité du projet avec Vincent était de finir l’année ensemble et qu’il me donne le mode d’emploi de ce bateau qui est encore un peu le sien. D’ici quelques mois il reviendra naviguer dessus et j’irai naviguer sur son prochain.

Je suis satisfait parce que Dee est juste derrière moi et qu’elle était juste devant moi sur le Vendée Globe !

On s’est quand même fait de belles glissages avec le bateau, de longs bords sous spi..

On a fait l’arrivée sous trinquette ce matin, parce qu’on a perdu nos deux voiles d’avant. A partir du moment où on a perdu le solent, on savait que ça allait être compliqué ».

Tombés des nues

Arrivées mouvementées et pluvieuses à Puerto Limon pour les quatre bateaux encore en bagarre pour la cinquième place. Entre W Hotel et Veolia Environnement, tout s’est joué dans les derniers milles avec une différence de moins de cinq minutes sur la ligne d’arrivée. Pour la septième place, la lutte au couteau entre Aviva et Akena Vérandas a tourné finalement à l’avantage de Vincent Riou et Arnaud Boissières. Et pourtant, quelques heures avant l’arrivée Roland Jourdain et Jean-Luc Nélias, tout comme Dee Caffari et Brian Thompson pensaient avoir partie gagnée. A rebours de toutes leurs certitudes, les circonstances en ont décidé autrement.

Le ciel était de méchante humeur ce matin sur les quais de Puerto Limon : c’est sous une pluie diluvienne que les bateaux en lutte pour la cinquième place se sont présentés sur la ligne d’arrivée. Tout le monde attendait Veolia Environnement, quand la voile de W Hotels est apparue derrière la jetée du port de commerce, à la surprise générale. Pourtant Roland Jourdain et Jean-Luc Nélias pensaient avoir fait le plus dur en virant de bord opportunément dans un grain la nuit dernière. Au premières heures de la matinée (en heure française), ils possédaient encore une avance de cinq milles sur leurs adversaires… Leur joli monocoque rouge avançait tranquillement vers la ligne quand sous un grain, ils ont vu revenir à leur vent, Alex Pella et Pepe Ribes lancés comme une fusée… Le temps qu’ils reprennent à leur tour du vent, le tandem espagnol avait repris l’initiative et réussissait à conserver cet avantage jusque l’arrivée. Beaux joueurs, mais un peu estourbis par ce coup du sort, Roland et Jean-Luc choisissaient de s’en remettre à une leurs armes favorites, l’humour… Sur le ponton, ça chambrait sec et le sourire radieux d’Alex Pella était peut-être le meilleur baume au cœur de leurs adversaires malheureux du jour. Quand on peut faire plaisir…

Bis repetitae

C’est un peu le même scénario qui se répétait, trois heures plus tard, quand Akena Vérandas soufflait, au nez et la barbe de l’équipage d’Aviva la septième place dans les derniers milles. Arnaud Boissières et Vincent Riou, longtemps relégués en queue de peloton n’ont eu de cesse de se dire que toute place était bonne à prendre après une option sud qui les avait plongés dans les profondeurs du classement. Sur les quais, Jean Le Cam, accompagné d’Yves Le Blévec, attendait son pote Vincent qui va, maintenant, pouvoir se consacrer pleinement à la préparation de son nouveau bateau pour le Vendée Globe 2012. Et pourtant, rien n’était gagné puisque Vincent et Arnaud naviguaient sans leur solent depuis plusieurs jours, un handicap certain dans le petit temps. C’est à la faveur d’un bord radical dans les derniers milles qu’ils ont réussi à prendre le meilleur sur les deux Britanniques. Le temps bas et gris qui régnait sur Puerto Limon aurait pu faire penser aux sombres heures de Waterloo plutôt qu’au soleil d’Austerlitz, mais l’histoire avait décidé, cette fois-ci, de ne pas repasser les plats… Qui sait si la morale répétée de cette arrivée ne va pas donner des idées aux deux Multi50 encore en bagarre pour la deuxième place. Lalou Roucayrol (Région Aquitaine Port-Médoc) montrait en tous les cas ce matin une détermination intacte, tandis que Victorien Erussard (Guyader pour Urgence Climatique) continuait de jeter un œil dans le rétroviseur, histoire de garder son adversaire à distance. Histoire que Puerto Limon ne devienne pas, une nouvelle fois, le juge de paix versatile d’une traversée de l’Atlantique de plus de trois semaines.

1876 neuvième monocoque

1876 est arrivé Puerto Limon aujourd’hui à 12 heures 07 minutes et 45 secondes (Heure Locale) soit 19 heures 07 minutes et 45 secondes (Heure Française). Pachi Rivero et Yves Parlier prennent la neuvième place des monocoques avec un temps de course de 19 jours 4 heures 37 minutes et 45 secondes à la vitesse moyenne de 10,26 nœuds. Ils terminent cette Transat Jacques Vabre 2009 3 jours 9 heures 15 minutes et 35 secondes derrière Safran.
Revenir en haut
Publicité




MessagePosté le: Sam 28 Nov - 20:23 (2009)    Sujet du message: Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    barreursvirtuels Index du Forum :: Les Régates Réelles. :: Toutes les Infos sur les Régates Réelles. :: Transat Jacques Vabre. Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2018 phpBB Group Traduction par : phpBB-fr.com 
Original Sosumi theme by Kevin Knopp :: Adapted for phpBB by Scott Stubblefield