Return to Index
 S’enregistrer   FAQ   Rechercher   Membres   Groupes   Profil   Se connecter pour vérifier ses messages privés   Connexion 
Infos N° 16 du 23/11/2009.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    barreursvirtuels Index du Forum :: Les Régates Réelles. :: Toutes les Infos sur les Régates Réelles. :: Transat Jacques Vabre.
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Brezhoneg


Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2009
Messages: 588
Localisation: Bretagne Sud
Masculin Vierge (24aoû-22sep) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Lun 23 Nov - 10:48 (2009)    Sujet du message: Infos N° 16 du 23/11/2009. Répondre en citant
Respiration tropicale avant le sprint final

La chevauchée continue pour les concurrents de la Transat Jacques Vabre. Alors que Puerto Limon est noyé sous les pluies tropicales, à quelques milles de l’arrivée on goûte au confort relatif d’une dernière nuit de course avec délectation. Soumis aux caprices des grains se succédant il y a encore peu, les marins bénéficient en effet d’une accalmie, en profitant pour recharger leurs batteries et reposer autant que possible les organismes. D’un bord à l’autre les enjeux des heures à venir diffèrent mais tous se délectent de cette « pause ». Dégagé de presque toute pression aux dires de son skipper Marc Guillemot, le monocoque Safran poursuit sa belle trajectoire vers une victoire qui pourrait se préciser d’ici peu. Derrière, sur Groupe Bel, on tente le décalage et une dernière option pour n’avoir aucun regret. Enfin, à bord de Crêpes Whaou ! on garde le même leitmotiv ; arriver le premier… de tous !

Les classements se suivent et égrènent les milles à la manière d’un sablier. D’un fichier à l’autre, les écarts jouent à l’élastique et l’heure est à l’étirement en tête. A désormais moins de 240 milles de l’arrivée au Costa Rica, Marc Guillemot et Charles Caudrelier-Bénac ne cessent de conforter leur avance sur leurs poursuivants directs, Kito de Pavant et François Gabart. Barrant sans relâche, les hommes de Safran ne ménagent pas leur peine mais avouaient ce matin profiter d’une nuit reposante pour se constituer quelques forces pour la dernière ligne droite. 90 milles derrière les leaders et désormais positionnée sur une route qui diffère largement de celle de Safran, la Vache a mis du Nord dans sa route. Avec une confortable avance sur le troisième, Mike Golding Yacht Racing, à bord de Groupe Bel on a manifestement décidé de jouer son va-tout. Entre les deux monocoques de tête, le mano à mano a tourné ces derniers jours en la faveur des deux Bretons et leur a donné une confiance relativement solide en la possibilité de conjuguer leur avenir en rose à Puerto Limon. Mais la prétention n’étant pas à mettre au crédit d’un Marc Guillemot, gageons qu’il ne relâchera rien de sa concentration dans les petits airs annoncés et ce jusqu’à la ligne. En attendant, un peu plus au Nord, on ose, on tente et forcément on espère. Jusqu’au bout Kito et François navigueront avec le panache qu’on leur connaît. En effet, si pour l’heure le scénario final s’affirme en la faveur des premiers, pas question pour les deuxièmes de se contenter d’assurer un podium qui a d’ores et déjà fière allure quel qu’en soit l’ordre final. Malgré l’humidité permanente qui règne à l’intérieur des bateaux et les traces laissées par une navigation musclée de quinze jours, tous savent que le plaisir est au bout d’une certaine forme de douleur et d’un suspens entier. Il ne manquerait plus que certains des prétendants aux places d’honneurs ne décident de passer en mode furtif pour le final pour ajouter du sel au feuilleton…

Malgré les apparences, en Multi50 aussi le dénouement est sujet à bien des questions. Difficile en effet de savoir pour le moment si Franck-Yves Escoffier et Erwan Le Roux remporteront leur pari et seront, comme ils l’espèrent, les premiers à couper la ligne devant la jetée de Puerto Limon. Frustrés de n’avoir pas pu se mesurer avec les concurrents attendus sur cette neuvième Transat Jacques Vabre, les marins de Crêpes Whaou ! campent fermement sur leurs positions et feront tout pour avoir le privilège d’être les premiers à s’amarrer au Costa Rica. Pour connaître la fin de l’histoire, il faudra patienter encore quelques heures. Mais le jeu en vaut la chandelle dans la moiteur des Tropiques !

Moins de pression, plus de sérénité

« Il y en a un qui dort, l’autre qui veille… cette nuit nous fait du bien : c’est une nuit de repos. De plus on avance et ça nous ne déplait pas. On n’est plus arrosé : par rapport à ce que l’on a pu vivre au départ, ça nous fait du bien de ne plus avoir la tête mouillée. Le vent est mollissant : il faut effectuer des manœuvres et déplacer le matériel pour équilibrer le bateau dans les petits airs… On va faire les déménageurs ! Depuis le dernier pointage, on a moins la pression. Il y a deux ans, on voyait le bateau qui nous précédait : il était juste devant nous. A l’heure actuelle, la position du deuxième bateau nous permet de voir la fin de la course avec sérénité. Toutefois, tant que la ligne n’est pas passée, on reste très concentré. La dernière ETA nous ferait arriver à Puerto Limon le 24 septembre entre 1h30 et 4h(TU) du matin. »

Chalutage et cales vides

Pas facile la vie du gennack ! Première semaine passée gentiment dans son sac à se faire secouer le long de la coque centrale, le voilà enfin de sortie depuis dimanche dernier. Au bout d'une semaine de bon et loyaux services quasi non stop, il nous a fait une belle frayeur aujourd'hui en plein milieu d'après-midi. Il s'est affalé de tout son long d'un coup d'un seul et pendouillait gentiment le long de la coque. Vic alors à la barre crie, je sursaute de la bannette et il me dit : "c'est grave, enfin pas si grave, c'est le gennack !"

Premier réflexe, sauver la voile, la mettre à bord ! Nous n'en avons qu'une et serions très handicapés sans celle ci.Aussitôt, premier diagnostic, c'est le point fixe de la drisse qui a lâché. Je regarde en l'air et l'aperçois encore ! Ouf, elle n'est pas rentrée dans le mât, il resta par miracle 50 cm à pendouiller en sortie de réa. Faut intervenir vite pour ne pas la perdre !

Vic a compris, il enfile le baudrier et les chaussures, je lui attrape le casque et de quoi refaire la drisse et il commence son voyage dans l'espace. Seulement voilà, le beau trimaran Guyader est en mouvement, il avance sous grand voile seule à 7 nds et surfe la houle de 3 m dans 20 à 25 noeuds de vent. Les premiers mètres ne sont pas évidents, je le monte et l'entend déjà gémir ! Au milieu du mât, je sens un grand doute dans sa tête, va-t-il continuer ?

Je lui pose la question, il marque un blanc avant de me répondre un "OUI" ferme. Une fois en haut, il se sangle autour du mât et refixe la drisse. J'ai beaucoup de mal à entendre ce qu'il dit. J'évite de lui demander si ça va car je sais que la tâche n’est pas simple !Enfin, je l'entends dire 20 mn plus tard : "descends moi" et je suis fier de le voir redescendre avec la drisse refixée et prête à l'envoi.

Il a l'air d'avoir morflé là-haut et je découvre des bonnes marques violacées sur sa jambe et son bras.45 minutes après l'incident, le gennack est de nouveau en service par contre Vic lui est Hors Service ! Je l'envoie se coucher et le laisse tranquille pendant 4 heures et j'essaye de rattraper les milles perdus de cette histoire de Gennack.

Loic Fecquet

C'est un scandale ! Guyader Gastronomie va être furax ! Les rillettes de poissons volants, c'est râpé pour cette année ! Tout a commencé il y a 3 semaines au Havre par le contrôle de sécurité commandité par Sylvie Viant ! Nous nous étions mis d'accord avec Christian Guyader sur les objectifs de la course ! Un podium et les cales pleines de poissons volants ! Le groupe Guyader Gastronomie se penchant sur l'éventuelle possibilité de sortir une nouvelle rillette spéciale Jacques Vabre rentrant dans le contexte !

Un peu comme Laiterie de Saint-Malo et son yaourt au café ! Seulement voilà, Sylvie Viant et son équipe sont intervenus. "Changez-moi ces extincteurs, faites-moi un rond de couleur vive sur le pont, l'AIS, il doit être émetteur, pas que récepteur, ces lignes de vie là ne sont pas conformes et j'en passe... Le problème est venu sur la taille des mailles du filet. Ni vu ni connu, je me suis dit que ça allait passer !

La brigade d'intervention de Mme Viant, notre chère directrice, m'a vu venir tout de suite et conformément à la règle 12.4 de l'article 324 des OSR de l'union nationale du comité local des pêches et de la course au large, il est stipulé que la taille de la maille des filets ne doit pas être inférieur ou égale à 50 mm. Grrrrrrr ! Obligé de changer ce foutu trampoline et être conforme de chez conforme à tout leurs articles et règles préjudiciant ainsi nos compétences dans certains domaines.

Et bien voilà, c'est bien ça le problème ! A force de ne plus être sur le terrain et tranquillement installé derrière son bureau, il se crée des aberrations ! Je n'ai pas pêché un poisson volant, pas un, ils sont trop petits cette année ! Les mailles sont donc trop grandes ! J'arrive à les pêcher en les cueillant avec ma vague d'étrave mais dès qu'ils sont sur le trampo, il se font la malle !  J'ai beau tout essayer, mettre le cap vers le sud, vers l'ouest, faire de la vitesse, faire de l'angle, prendre un ris, passer sous solent...

Rien à faire, ça ne pêche pas ! J'ai pourtant le même écartement de flotteurs qu'il y a deux ans ! Je risque d'arriver à Puerto Limon avec les cales vides au risque de ne pas remplir mon contrat. Je demande donc officiellement à l'UNCLP un yacht lésé, des frais de dédommagement pour mauvaise campagne de pêche au risque de décevoir mes partenaires et une contre expertise sur Crêpes Whaou 3 ! Je me méfie du pêcheur malouin et des mailles de ses filets ! Voilà, j'espère avoir été clair madame la directrice !

Quarts de confiance

« Nos quarts sont des quarts « de confiance » sans horaires fixes. Nous travaillons aussi longtemps que nous nous sentons alertes en donnant à l’autre le plus de temps possible. Parfois, l’un d’entre nous est fatigué, l’autre va le savoir et va se sentir d’attaque et donner du temps au premier pour se reposer. Et quand les conditions deviennent plus difficiles comme en ce moment, nous barrons beaucoup et nous essayons de le faire sur des périodes de deux à trois heures. Mais nous n’avons pas de système de quart précis.

« Il va y avoir un rapprochement vers la fin parce que c’est toujours plus calme vers l’arrivée, et ce sera sans doute une arrivée intéressante, en tous les cas pour les deux premiers bateaux. Il y aura peut-être une compression importante. Pour l’instant, avec les conditions actuelles mais avec un gros écart devant et derrière nous, on est en file indienne et on essaie de rien casser inutilement.

« Nous avons l’impression de voir la fin de ce qui ressemble un peu à un cavalier seul ce qui est dommage. Il n’y a pas vraiment de possibilités de rattraper les bateaux de devant, on se retrouve un peu tous seuls et on essaye de ne pas prendre de décisions impulsives pour garder le bateau en un seul morceau. Pour l’instant, les écarts sont identiques et importants devant et derrière. Nous ne pouvons pas réellement trouver de stratégies pour reprendre des milles significatifs. Le vent va basculer vers la gauche et c’est pour ça que tout le monde essaie de longer la gauche des Antilles.

« A l’arrivée, nous faisons venir un électricien parce qu’il y a une liste de choses à faire. Le bateau doit repartir pour le convoyage et doit être préparé comme pour une course. Alors tous les problèmes que nous avons maintenant doivent être réglés. L’équipage du convoyage a tout autant besoin des instruments du bord et de l’électricité. Et ils auront besoin de démarrer le moteur ce qui est fondamental sur un bateau de course moderne. Pour l’instant, on n’a rien de tout ça. La prochaine fois, j’emmènerai un sextant !

« Naturellement, si on regarde à demain, vu l’historique en dents de scie de ce bateau, les problèmes actuels sont faciles à résoudre. Il faut d’ailleurs lui rendre hommage, il a été très fiable pendant le Vendée Globe. Donc que se passe-t-il maintenant, je ne sais pas. Le bateau a pas mal souffert pendant la tempête. Ça a commencé avec les problèmes des instruments à vent ce qui en soit n’est pas un défaut dans la girouette mais un défaut de la construction de la tête de mât. L’installation s’est complètement déboîtée. Tu perds tes instruments à vent, les câbles cassent, ils font tout court-circuiter et causent d’autres problèmes ailleurs dans le réseau avec le système B&G. Tout d’un coup, tu as toutes sortes de problèmes qui en entraînent de nouveaux. Et pendant la tempête, il est possible que quelque chose se soit desserré et c’est ce qui crée le faux-contact et nous empêche de recharger les batteries mais on n’a toujours pas réussi à l’identifier. Mais je suis sûr qu’ils réussiront à réparer ça en une journée avec un électricien, ce sera plus rapide qu’avec un ancien pompier ! Ils feront ça

vite, et de toute façon, c’est en dehors de mon tarif ! »
Revenir en haut
Publicité




MessagePosté le: Lun 23 Nov - 10:48 (2009)    Sujet du message: Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Brezhoneg


Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2009
Messages: 588
Localisation: Bretagne Sud
Masculin Vierge (24aoû-22sep) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Lun 23 Nov - 23:38 (2009)    Sujet du message: Infos N° 16 du 23/11/2009. Répondre en citant
Marc Guillemot et Charles Caudrelier (Safran) sont attendus en grands vainqueurs (catégorie monocoques) mardi à Puerto Limon de la 9e transat Jacques Vabre, course à la voile en double, partie du Havre (Seine-Maritime) le 8 novembre.

"Le vainqueur est attendu à partir de 4 heures du matin (mardi en heure française) soit (lundi) à 21 heures au Costa Rica", indique l'organisation de la course.

Pour la dernière journée de course, Guillemot et Caudrelier ont choisi, comme leurs poursuivants Kito de Pavant et Christian Gabart (Groupe Bel) de passer en mode furtif; une clause du réglement par laquelle un concurrent demande à l'organisation de masquer ses positions pendant 24 h.

"On avait hésité à le faire en passant l?arc antillais, puis on y a pensé dimanche aussi, a dit Guillemot lors de la vacation. Mais finalement on ne l?a fait que ce lundi. Je comprends que ça puisse en frustrer certains, mais ça donne aussi un peu de piment. Vu que c?est une carte qu?on avait en main, ça aurait été bête de ne pas l?utiliser."

En multis 50, Franck-Yves Escoffier et Erwan Leroux (Crêpes Whaou!) sont attendus en vainqueurs dans la journée de mardi.

Les positions lundi à 17h00 (16 h 00 GMT)

Monocoques IMOCA (parcours: 4730 milles)
Mode furtif : Marc Guillemot-Charles Caudrelier (Safran/FRA) et Kito de Pavant-François Gabart (Groupe Bel/FRA), respectivment à 199,9 milles et 290,4 milles de l'arrivée lundi matin
1. Mike Golding-Javier Sanso (Mike Golding yacht racing/GBR-ESP) à 411,7 milles de l'arrivée
2. Michel Desjoyeaux-Jérémie Beyou (Foncia/FRA) à 181,1 milles des premiers
3. Alex Pella-Pepe Ribes (W Hotels/ESP) 627,4
4. Roland Jourdain-Jean-Luc Nélias (Veolia Environnement/FRA) 678,1
5. Dee Caffari-Brian Thompson (Aviva/GBR) 710,5
6. Arnaud Boissières-Vincent Riou (Akena Verandas/FRA) 784,7
7. Yves Parlier-Patchi Rivero (1876/FRA-ESP) 803,4
8. Samantha Davies-Sidney Gavignet (Artemis/GBR-FRA) 989,1

Multis 50 (parcours: 5050 milles)
1. Franck-Yves Escoffier-Erwan Leroux (Crêpes Whaou!/FRA) à 152,6 milles de l'arrivée
2. Victorien Erussard-Loïc Fequet (Guyader pour urgence Climatique/FRA) à 1.628,7 milles des premiers
3. Lalou Roucayrol-Amaür Alfaro (Région Aquitaine-Port Médoc/FRA) à 1.837,6
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé




MessagePosté le: Aujourd’hui à 12:02 (2018)    Sujet du message: Infos N° 16 du 23/11/2009.
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    barreursvirtuels Index du Forum :: Les Régates Réelles. :: Toutes les Infos sur les Régates Réelles. :: Transat Jacques Vabre. Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2018 phpBB Group Traduction par : phpBB-fr.com 
Original Sosumi theme by Kevin Knopp :: Adapted for phpBB by Scott Stubblefield