Return to Index
 S’enregistrer   FAQ   Rechercher   Membres   Groupes   Profil   Se connecter pour vérifier ses messages privés   Connexion 
Infos N° 14 du 21/11/2009.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    barreursvirtuels Index du Forum :: Les Régates Réelles. :: Toutes les Infos sur les Régates Réelles. :: Transat Jacques Vabre.
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Brezhoneg


Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2009
Messages: 588
Localisation: Bretagne Sud
Masculin Vierge (24aoû-22sep) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Sam 21 Nov - 22:50 (2009)    Sujet du message: Infos N° 14 du 21/11/2009. Répondre en citant
Train d’enfer

Les leaders continuent de filer à vive allure vers Puerto Limon. Safran et Groupe Bel se rendent coup pour coup puisque, au classement de 20 heures, l’écart reste toujours aussi stable entre les deux voiliers. Tous les deux progressent à plus de 18 nœuds de moyenne ce qui témoigne de l’intensité de la bagarre. Dee Caffari et Brian Thompson (Aviva) ont confirmé leur arrêt demain aux Antilles pour recevoir une pièce de rechange de leur générateur. Selon Dee et Brian qui comptent effectuer le changement en mer, cet arrêt ne leur coûterait qu’une vingtaine de milles sur le petit groupe dont ils font partie avec Veolia Environnement et W Hotel. Chez les multi 50, Prince de Bretagne est toujours à l’arrête à Lanzarote. La réparation du rail de mât s’avèrerait-elle plus complexe que prévue ?

Premières lignes

Si le fait d’être en tête est gratifiant à bien des égards, il demande aussi des obligations supplémentaires. Quand on a les regards focalisés sur soi, le moindre écart de conduite peut être vite sujet à interprétations. Sans compter la pression des poursuivants qui sont prêts à user de tous les moyens pour déboulonner les idoles. Nerfs d’acier, solidité mentale et gestion intelligente de son avantage sont quelques unes des clés pour garder le contrôle de la course…

Depuis plus de huit jours, l’équipage de Safran tient la dragée haute à ses poursuivants et plus particulièrement à Groupe Bel lancé à ses trousses. Telles les premières lignes d’une équipe de rugby, ils ont pris la mesure de leurs adversaires, imposé le défi physique sans se laisser déstabiliser par les tentatives d’intimidation coutumières du fait. Ils se sont efforcés avant tout de tracer leur route, sans se soucier des manœuvres de diversion ni des épreuves qu’imposait la météo. Même si la position du chasseur est parfois plus confortable, elle finit aussi par user les nerfs quand on voit sa proie s’échapper à chaque fois qu’elle semble à portée. Même la légendaire ténacité des guerriers maoris ne peut pas grand-chose contre certaines formes de détermination. Marc Guillemot et Charles Caudrelier avaient déjà terminé deuxièmes de la dernière édition de la Transat Jacques Vabre après avoir longtemps espéré l’emporter. Cette désillusion, même relative, aurait pu porter un coup à leur entente, mais les deux ont décidé de rester fidèles à leur pacte et visiblement, bien leur en a pris.

Sur la corde raide

Derrière, on essaye de pousser les feux. Kito de Pavant avouait même dans un mail avoir étalé un gros vrac suite à un départ au lof sous spi. A la fin du quart de François Gabart. Ce qui tend bien à prouver que pour aller chercher cette première place, il faut naviguer sur le fil du rasoir. C’est aussi ce que fait l’équipage de Crêpes Whaou ! qui voudrait bien, ne serait-ce que pour le panache, finir devant les premiers monocoques IMOCA. Mais, la fatigue aidant, il importe de conserver la lucidité nécessaire pour ne pas aller au delà des limites du déraisonnable… Tous les concurrents joints à la vacation témoignent d’ailleurs de cet engagement de tous les instants, des heures de veille volées à la fatigue, d’un déficit de sommeil… Même dans le deuxième peloton, on se surprend à se battre pour une place, d’Akena Vérandas (Arnaud Boissières – Vincent Riou) qui espère encore pouvoir venir chatouiller le tableau arrière de ses prédécesseurs à Foncia qui fort d’une quatrième place assurée, irait bien s’inviter sur le podium à la faveur d’un retour dont le double vainqueur du Vendée Globe a le secret. En longeant la côte sud de la Martinique qui l’avait vu triompher de la deuxième étape de la Mini-Transat en 1991, Michel devrait sûrement ressentir le goût si particulier que provoque l’appétit de victoire. Les deux navigateurs de Foncia, qui ont reçu un petit mot d’encouragement de Fabrice Santoro, ont là un soutien fortement symbolique, quand on connaît la faculté qu’avait le tennisman à redresser des situations désespérées. La course au large, n’est pas le tennis ni le rugby, mais quelque soit la discipline, il est bon de se souvenir que la première vertu d’un compétiteur c’est cette capacité à ne jamais perdre pied. Il sera toujours temps de célébrer plus tard le « Haka » sur les quais de Puerto Limon.

Safran ne lâche rien

"C’est agréable, ça glisse bien, on a de bonnes conditions. On peut pas rêver beaucoup mieux pour une arrivée. En revanche, même s’il fait chaud, pour l’instant c’est toujours le ciré, car il y a de l’embrun ! Pour l’instant c’est zéro relâche, d’autant qu’on ne maîtrise pas tout. Au portant, ça change vite, de temps en temps, c’est nous qui gagnons quelques milles, et parfois c’est Groupe Bel. Plus on aura un matelas important d’ici l’arrivée, mieux ça ira !" Charles Caudrelier, Safran, à la vacation de midi

Pronostic réservé pour Erwan Le Roux

"Il y a peu de différence de vitesse avec les monocoques, du coup on a du mal à revenir. D’autant que l’on est obligé de tirer des bords de vent arrière pour aller jusqu’à l’arrivée. En passant le long des cotes, on cherchait un peu plus de pression et on l’a trouvé, on a maintenant entre 20 et 25 nœuds. Concernant la vie à bord, tout va bien… On ne va pas se plaindre non plus…

Le sud de la Martinique pour Foncia

« Ça va chaudement à bord de Foncia. On a du vent soutenu, ce qui n’est pas pour nous déplaire. Cette nuit, par contre, c’était un peu mou, donc on a fait quelques zigzags pour choisir notre point de passage et ce sera le sud de la Martinique. Par contre, pour le ti-punch, il faudra attendre un peu ! A propos du message de Santoro, C’est sympa, Je ne connais pas Fabrice mais on s’est croisé lors d’une émission de radio. C’est vrai qu’il y a plein de similitudes entre ce que l’on fait là et d’autres sports, similitudes d’engagement de motivation… Et les échanges sont toujours sympas.

Gros vrac

"Plongé depuis 2 heures dans un profond coma, consécutif à 13 jours de fatigue accumulés, je me réveille en sursaut avec la fâcheuse impression de tomber dans le vide. Ce n'était pas une impression!!! En quelques dixiemes de seconde, je récupère mes sens : ah oui, le bateau ,la bannette, la course, le spi, les alizés, le bateau est parti au lof, il est couché sur l'eau, se cramponner, à quoi? Sortir, aider François à reprendre le cours normal de sa trajectoire, choquer les écoutes, reborder, c'est fini. Quelques secondes d'inattention de François en fin de quart ont suffi a Groupe Bel pour faire une sortie de piste plus impressionnante que grave. Il faut dire qu'il y a du vent 20/25 noeuds , de la mer formée et 600 m² de linge dehors, équilibre instable, donc. Puisque je suis réveillé, eh bien c'est l'heure de mon quart, 3 h sous haute tension..."

Analyse de Météo Consult

Dimanche 22
Les premiers monocoques et le premier multicoque progresseront à vive allure sous l’influence d’une dépression proche, centrée à l’ouest de Cartagène. Le vent prendra un peu de gauche et les contraindra à mettre plus de sud dans leur route. Ce qu’il faudra retenir de cette journée, c’est surtout le risque de subir des vents très forts au large des côtes Colombiennes. Ces vents pourraient atteindre temporairement en vitesse moyenne 30-35nds. Pour les poursuivants, les vents resteront orientés à l’est jusqu’aux Antilles entre 15 et 20 nds. Ils permettront une route plus sud sous de bonnes vitesses. La situation est moins favorable à l’approche de l’arc Antillais avec un alizé d’est-nord-est plus faible. Entre le 40 et 50W, l’alizé d’est restera soutenu. Côté temps, les orages devraient se développer essentiellement à l’ouest des Antilles en matinée.

Lundi 23
Cette journée pourrait marquer l’arrivée en fin d’après-midi des premiers concurrents des deux catégories monocoques et multicoques. Les vents faibliront au secteur nord mais cette baisse, liée à la proximité de la dépression près de Carthagène, ne devrait pas trop les ralentir. C’est côté ciel que l’attention devra se porter, car le temps tournera nettement à l’orage et aux fortes pluies. Une évolution qui pourrait générer des coups de mou.
Pour les autres concurrents en mer des Caraibes, l’alizé assez fort permettra toujours de progresser à vive allure et sous un temps relativement calme. Dans les Antilles, l’alizé d’est-nord-est se maintiendra à 15 nds en moyenne. Il sera moins instable que la veille. A l’arrière les multicoques progresseront eux dans un alizé plus instable, et un temps plus orageux.

Mardi 24
En mer des Caraibes, l’alizé continuera d’être assez fort et localement très fort. Les conditions de temps resteront très orageuses près de l’arrivée. Sur l’arc Antillais, l’alizé devrait être très instable dans un secteur est-nord-est dominant. L’activité orageuse sera modérée.

Mercredi 25
Globalement les vents devraient faiblir partiellement en mer des Caraibes et près de l’arc Antillais.
Côté temps, les conditions seront toujours très perturbées dans le golfe de Panama.

Nostalgie du Vendée Globe

« Nous sommes heureusement bien installés dans les alizés. Nous avons 18 nœuds de vent et glissons sous spinnaker. Destination l’arc antillais et un empannage pour faire route sur Costa Rica. C’est agréable de régater comme ceci au contact mais n’oublions pas 1876 qui continue de glisser vite du nord avec moins de route à parcourir. J’ai reçu un e-mail de Sam l’autre jour ; c’était vraiment sympa d’avoir de ses nouvelles. C’était comme pendant le Vendée Globe avec des messages de Sam, des bavardages avec Brian. Il ne manque plus que Cali et notre petit gang sera reconstitué… »

Sidney, la pétole et Little Miss Sunshine

« Elle est pour qui la zone sans vent? Elle est pour qui? Ben oui, elle est pour nous... Hier en fin de journée, nous avons passé sept heures avec les voiles battantes, ballotés par les vagues, Parfois. tu te dis que tu ferais mieux de faire du golf. Ce n'est pas grave et c'est comme ça ! Pendant ce temps la « petite miss sunshine » enchaîne les tenues colorées de chez Roxy. Je rigole de la voir s’habiller en fille au milieu de l'Atlantique, mais c'est plus fun à regarder qu'un tee-shirt blanc sale.

"Et puis cette nuit, nous avons pu remettre le spi. Il nous permet de tirer nos 2 tonnes de plus que les autres a la même vitesse, mais ses 485 m2 sont tout de même un peu stressants, d'autant plus dans ce temps à grains ou l'on peut avoir un renforcement du vent de près de 10 nœuds en moins d'une minute.

Voila, tout va bien chez nous, vivement que l'on sorte de cette zone sans vent. A bientôt. »

Battling Fab et les Battling Foncia

« Enfin un peu d'action: nous avons empanné hier soir et progressons au meilleur des bascules de vent vers les Antilles que l'on devrait passer de jour. On continue de faire marcher à fond comme si tout était possible. Et pourquoi pas d'ailleurs?! Pour la petite histoire, nous avons reçu, il y a quelques jours les encouragements de "Battling Fab" alias Fabrice Santoro. Il nous disait d'y croire, que rien n'est fini tant que la ligne n'est pas franchie, blablabla... Et bien non, pas blablabla du tout ! »

« Parce que ces mots là prennent tout leur sens dans la bouche d'un type comme Santoro ! C'est un gladiateur des courts, un homme pour qui un match de tennis peut durer plusieurs jours jusqu'à épuisement! Il a montré toute ca carrière qu'un match de tennis se jouait en cinq sets et n'était pas gagné avant la balle de match.

Alors prenons exemple sur lui, croyons-y à fond. En route pour le cinquième set !

Merci Monsieur Santoro, bravo pour ta carrière, et sache qu'avec des qualités comme les tiennes tu ferais un redoutable coureur au large. »

Au saut du lit

« Vous me prenez au saut du lit ! C’est Charles qui est aux manettes… C’est une bonne nouvelle d’apprendre que l’on maintient l’avance sur nos petits camarades! On a de superbes conditions de glisse ! » Marc Guillemot, Safran, à la vacation du matin

Ne pas tenter le diable

« Ça se passe super… On va vite, on a du vent au portant sous spi, ca glisse a toute vitesse… A ce rythme là, on va y arriver vite au Costa Rica ! Non je plaisante, on sait que les conditions de vent vont beaucoup évoluer jusqu’à la fin et il faudra sans doute faire quelques zigzags jusqu’à l’arrivée… Tant mieux d’ailleurs, car cela créera peut-être quelques ouvertures pour aller chercher Safran, mais bon, on ne va pas non plus tenter le diable ! »

Victorien contemplatif

« J’étais dehors à contempler les étoiles… On a touché l’alizé et on parvient à faire un cap un peu plus rapprochant vers la Barbade, mais ce qui est vraiment intéressant, ce sont les vitesses. On va enfin pouvoir se rapprocher un peu et aller chercher le groupe d’Imoca devant nous. Ca fera un peu de bagarre car, malheureusement, avec les soucis techniques des collègues et l’avance de Crêpes Whaou !, l’enjeu est désormais limité. Cependant l’objectif reste bien de conserver cette deuxième place.

Entre parenthèses

Leurs nuits sont-elles plus belles que nos jours ? On pourrait être tenté de le croire à entendre les navigateurs décrire les conditions idylliques de leur navigation sous les étoiles. Mer plate, vent soutenu, les voiliers filent à belle allure vers le Costa Rica… Si tactiquement, le jeu est pour l’instant figé, les leaders espèrent continuer de bénéficier de ces conditions jusqu’au bout tandis que leurs poursuivants attendent que le jeu s’ouvre.

Des conditions idéales, vent portant, puissant, mer presque plate et le bateau qui glisse à plus de 15 noeuds de moyenne sous les étoiles. C’est l’heure où l’on savoure son bonheur, où l’on peut barrer et laisser son esprit vagabonder. On goûte les petits plaisirs de la vie : se faire un café bien chaud, laisser la moque réchauffer les mains avant de trouver la première gorgée presque brulante. Pouvoir extirper son coéquipier de la bannette sans qu’il y soit question d’une urgence absolue. C’est le genre de nuit où il ne se passe rien et c’est parfois diablement bon.  La course reprendra totalement ses droits plus tard.

Au sien de la flotte des IMOCA, le duel Safran – Groupe Bel  continue d’entretenir le suspense. Marc Guillemot et Charles Caudrelier continuent de tenir la corde, mais Kito de Pavant et François Gabart ne lâchent rien. Après le passage de l’arc antillais, l’écart entre les deux bateaux s’est à nouveau stabilisé aux alentours des soixante à soixante-dix milles. Un gouffre dans des conditions de navigation stables, un différentiel ridiculement faible si jamais les conditions météorologiques deviennent tordues. Et les deux dernières journées pourraient encore réserver leur lot de rebondissements, tant les conditions sont instables aux abords de Puerto Limon…

Ne pas perdre le nord

Chez les Multi50, les écarts entre les bateaux encore en course n’autorisent plus vraiment de coups stratégiques… Alors, on se donne de nouveaux défis : pour Franck-Yves Escoffier et Erwan Le Roux, c’est d’amener leur Crêpes Whaou ! sur la ligne d’arrivée devant l’armada des monocoques. Même dérivatif pour Victorien Erussard et Loïc Féquet (Guyader pour Urgence Climatique) qui se sont fixé comme objectif de parvenir au Costa Rica avant le groupe composé de Veolia Environnement, Aviva et W Hotel… Lesquels doivent surveiller avec beaucoup d’attention, la descente de 1876. Yves Parlier et Pachi Ribero ne se berçaient pourtant guère de beaucoup d’illusions sur leur position très au nord de la flotte. Le fait est que jusque là, ils continuent leur descente à belle allure. L’extra-terrestre, comme l’avait surnommé Michel Desjoyeaux lors d’une Solitaire du Figaro que Yves avait dominée de la tête et des épaules à coups d’options autant radicales qu’audacieuses, serait-il en train de préparer un nouveau tour de magie ?
Revenir en haut
Publicité




MessagePosté le: Sam 21 Nov - 22:50 (2009)    Sujet du message: Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    barreursvirtuels Index du Forum :: Les Régates Réelles. :: Toutes les Infos sur les Régates Réelles. :: Transat Jacques Vabre. Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2018 phpBB Group Traduction par : phpBB-fr.com 
Original Sosumi theme by Kevin Knopp :: Adapted for phpBB by Scott Stubblefield