Return to Index
 S’enregistrer   FAQ   Rechercher   Membres   Groupes   Profil   Se connecter pour vérifier ses messages privés   Connexion 
Infos N° 13 du 20/11/2009.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    barreursvirtuels Index du Forum :: Les Régates Réelles. :: Toutes les Infos sur les Régates Réelles. :: Transat Jacques Vabre.
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Brezhoneg


Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2009
Messages: 588
Localisation: Bretagne Sud
Masculin Vierge (24aoû-22sep) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Ven 20 Nov - 22:10 (2009)    Sujet du message: Infos N° 13 du 20/11/2009. Répondre en citant
Trio en mer des Caraïbes

Ils sont maintenant trois à avoir franchi l’arc antillais. Après Safran, c’est donc le Groupe Bel de Kito de Pavant et François Gabart qui a emprunté le canal des Saintes… Plus au sud, après avoir laissé l’île de la Barbade à tribord, Erwan Le Roux et Franck-Yves Escoffier 5Crêpes Whaou !) ont continué leur bord vers le sud-ouest avant d’empanner juste au nord de l’île de Grenade… Tous continuent leur route vers Puerto Limon… ils devraient bénéficier d’un flux soutenu d’est pendant encore deux jours avant une arrivée au couteau dans les eaux du Costa Rica. Arrivée prévue pour les premiers dans la journée de mardi, si les conditions se confirment.

Le vent du boulet

Nuit difficile pour Safran (Marc Guillemot – Charles Caudrelier), leader de la course depuis plus de sept jours… Le passage dans le canal entre les Saintes et la Dominique s’est soldé par une navigation agitée entre cumulonimbus gorgés de pluie, rafales et trous de vents. Ces conditions ont permis à Kito de Pavant et François Gabart (Groupe Bel) de revenir à une quarantaine de milles du tableau arrière du leader. Le passage de l’arc antillais peut être le théâtre de quelques inversions de tendance, mais ira-t-il jusqu’à provoquer des bouleversements ?

L’équipage de Safran a peut-être réveillé les mânes du dauphin Charles V, rudoyé par la révolte des marchands d’Etienne Marcel avant de reprendre le dessus et d’écraser la fronde… Quand on règne, il n’est jamais agréable de sentir son trône vaciller sous l’impulsion de quelques gaillards déterminés. Et de la détermination, les cow-boys rouges, comme ils aiment se dénommer eux-mêmes, en ont.  François Gabart et Kito de Pavant ne cessent de brandir l’étendard, rouge bien évidemment, de la révolte et promettent de ne laisser aucun temps de répit à leurs faux frères gris souris… La fin de course promet donc d’être haletante et sous haute tension pour ces deux équipages. A priori, il ne devrait pas y avoir autant d’incertitude concernant les troisièmes et quatrièmes places qui semble solidement installées sur les porte-bagages de Mike Golding Yacht Racing (Mike Golding – Javier Sanso) et Foncia (Michel Desjoyeaux – Jérémie Beyou). Et pourtant ceux-là pédalent comme s’ils avaient le diable à leurs trousses… Jérémie annonçait à la vacation que Foncia déboulait à 18 noeuds sous grand spi et que dans ces conditions les deux navigateurs se relayaient sans relâche à la barre. Histoire de ne pas regretter, si jamais leur prédécesseur se trouvait aux prises avec quelques soucis qui le ralentiraient.

Bagarre de chiffonniers

Pour la cinquième place, c’est plutôt un combat au corps à corps, même si Yves Parlier et Javier Sanso (1876) estimaient qu’ils risquaient de subir la mitraille des trois équipages du sud qui ne sont séparés que par quelques pauvres milles. Roland Jourdain et Jean-Luc Nélias (Veolia environnement) ont d’ailleurs passé quelques heures à naviguer à vue avec Brian Thompson et Dee Caffari (Aviva) qui se seraient bien vus dans le rôle des archers anglais lors de la bataille d’Azincourt. Malheureusement, leurs flèches  risquent de se perdre dans le vide : les deux Britanniques envisagent en effet de faire un arrêt express à Sainte-Lucie pour réparer un générateur défaillant… Il restera aux deux compères cornouaillais à contrer aussi les assauts de W Hotel qui, sur une route un peu plus sud, semble bénéficier d’un peu plus de pression. Mais comme le notait Roland Jourdain à la vacation de midi, cette bagarre est, au bout du compte, stimulante et permet de continuer à se sentir pleinement dans le match.

C’est un autre stimulus qui permet à Crêpes Whaou ! de continuer de filer à belle allure vers Purerto Limon. La perspective de couper la ligne les premiers au Costa Rica, est source de motivation pour Franck-Yves Escoffier et Erwan Le Roux qui ont relégué, leur plus proche poursuivant Guyader pour Urgence Climatique à plus de mille milles. Pour d’autres encore, la seule idée de couper la ligne suffit à leur bonheur. Hervé Cléris et Christophe Dietsch (Prince de Bretagne) ont accumulé suffisamment de galères depuis le début de cette Transat Jacques Vabre pour avoir chevillé au corps cette envie toute simple : achever le travail entamé depuis quelques mois… Certains travaux prennent parfois du temps. Ils n’en sont pas moins respectables.

Quand Bilou travaille du chapeau

"On sort d’une véritable ambiance pot au noir avec une pétole incroyable. Le but premier était donc de retrouver un peu de pression et du vent et de s’extraire de cette zone de molle. En plus, on s’est battu avec Aviva et dans le sud, on a nos amis espagnols. C’est chaud, ça met un peu d’ambiance dans le bourg et ça risque d’être tendu jusqu’au bout. Un vrai match de deuxième groupe !"

"Côté fatigue, ça va bien. On retrouve un deuxième souffle car c’est vrai que l’on a eu un petit contrecoup après les Açores. Et puis avec l’habitude des arrivées aux Antilles, On a l’impression que c’est bientôt fini, mais non, il reste de la route !

On ne va pas s’en plaindre, les conditions de travail sont quand même pas mal. Même si je crains un peu la journée à barrer sous le soleil  d’autant que j’ai oublié mon chapeau. Il va falloir que je sois gentil avec mon camarade pour qu’il me prête le sien. Ça va me coûter quelques vaisselles !

Présents jusqu'au bout...

"On commence à regarder notre passage de l‘Arc. On a un vent bien soutenu du coup ça avance bien. On a deux solutions de routages et on prendra la décision en fin d’après midi. On a un peu tiré sur les bonhommes, car le parcours est assez long et derrière il va y avoir du vent fort. Il va falloir gérer ça. Il faut être bien reposé avant d’attaquer ça mais on a bien géré depuis de le début, le bateau est en bon état et on aborde tout ça sereinement. Et puis l’arrivée approche quand même, donc s’il faut se faire mal, on sera présent !" Jérémie Beyou, Foncia, à la vacation de midi.

Vigilance pour Crêpes Whaou !

"On a contourné l’ile de la Barbade en fin de nuit, on s’apprête à passer les Grenadines. Maintenant il va falloir composer avec les grains. Etre vigilant ! C’est fatigant mais globalement ca va. Le bateau va bien aussi. A priori on est en forme pour attaquer la dernière ligne droite." Erwan Le Roux, Crêpes Whaou !, à la vacation de midi

Le pain noir d'Yves et Pachi...

« Ça va bien. On est sorti de nos vents d’est et le vent a molli. On s’attend à un passage difficile dans les prochaines 48 heures. Ca devait passer mais là, ça ne passe plus ! On risque de manger un peu notre pain noir. Du coup, on ne regarde pas encore vers la Mer des Caraïbes, on regarde la grosse bulle qui est devant nous. On va quand même essayer de trouver une petite veine de vent. »

« Sinon, à bord tout va bien. Ca va être notre premier jour de soleil, on va pouvoir sécher un peu, ca va faire du bien. On a attrapé nos premiers poissons volants. Je les ai gardé, on verra, même si on n’a rien pour les faire frire. Mais ca pourrait servir ! »

Les pièges du canal

« Tout va bien à bord. On est passé tout près de Marie Galante. Ce n’était pas facile avec des grains et les aléas des canaux antillais, On s’est fait tanker par un front nuageux, Maintenant, on en est sorti, on est content. C’est un peu plus confortable. On a perdu un peu de temps et c’est revenu derrière mais ça va, car on craignait encore davantage. Pour la traversée de la mer des Caraïbes, on a envisagé plusieurs possibilités, on surveille tout ça de près. Concernant l’ETA, on n’a pas eu trop le temps d’étudier cela, mais mardi, on ne devrait pas être loin du but. »

« C’est assez usant. Les bateaux sont besogneux et exigeants. Ça laisse forcément des traces sur les hommes et l’on n’est donc pas à 100% au niveau physique mais ça va. C’est dommage, que ça ne s’arrête pas à Pointe à Pitre, ça nous aurait arrangé ! En plus je suis sûr qu’il y a aussi des plantations de café en Guadeloupe (Rires.) Je plaisante, on est très content d’aller jusqu’au Costa Rica. »

Nouvelle express de Prince de Bretagne

"Ça va bien. On a retrouvé le vent cette nuit après une journée d’hier de pétole noire. On file vers les Canaries pour réparer er repartir de plus belle. Charlie Capelle nous attend. Et comme il sait tout faire, il devrait pouvoir nous réparer notre fameux rail de mât qui nous embête depuis le début. Le but étant de faire l’escale la plus courte possible…une dizaine d’heures maximum. L’objectif reste le même : arriver jusqu’au bout même si on sait désormais que l’on est un peu hors course, mais le challenge reste présent pour nous. La météo est bonne pour la suite avec un alizé bien installé. On espère pouvoir rejoindre les copains le plus vite possible." Hervé Cléris, Prince de Bretagne, à la vacation de midi.

Prévisions de Météo Consult

Samedi 21
L’alizé d’est se renforcera en direction du nord des Antilles Néerlandaises, avec un risque d’atteindre 25 nds. Le temps lui devrait se calmer avec peu ou pas de grains. Cet alizé sera plus fort au sud des Antilles, avec des vitesses moyennes de 20 nds mais sous des grains plus nombreux avec des rafales maximales entre 40 et 45 nds. Pour les multicoques, le premier devrait toujours progresser à forte vitesse dans une situation plus calme que la veille. Pour les second et troisième très éloignés, le renforcement de l’alizé se poursuivra.

Dimanche 22
A la faveur de la présence de dépressions en Amérique du sud, le vent deviendra fort en direction du nord des côtes Colombiennes. Graduellement il commencera à prendre de gauche pour atteindre  25nds avec un risque de rencontrer des valeurs supérieures à 30-35 nds. Cette très nette dégradation des conditions de vents sera accompagnée d’une houle d’Est de 2 m et du retour de forts grains orageux à partir de l’après-midi. Ce renforcement marqué du vent sera moins important au nord des côtes Vénézueliennes. La situation deviendra également orageuse par l’est. Pour les multicoques, à l’exception du premier, l’alizé assez fort permettra de bonnes vitesses.

Lundi 23
Le groupe de tête progressera en direction d’une dépression centrée dans le golfe de Campêche. Le vent de secteur est-nord-est faiblira partiellement tout en restant assez fort. Après une accalmie, le temps redeviendra très orageux et fortement pluvieux. Dans la nuit, ce vent continuera à prendre de gauche en continuant de faiblir. A l’arrière, du nord des côtes Colombiennes à celles du Vénézuela,  les conditions resteront assez fortes localement avec toujours le risque d’atteindre le grand frais. Les orages se maintiendront principalement entre le 13 ème et 14 ème nord. Pas de changement pour la progression des multicoques.

Mardi 24
Jour d’arrivée estimé pour le premier mono et multi dans un temps très très perturbé et sous des vents devenant faibles près du centre de la dépression. A l’arrière, l’alizé restera assez soutenu mais très instable sous les grains.

Restriction d'énergie

Au menu du jour, hier, navigation en bonne compagnie quand nous avons découvert à l’aube les voiles de Veolia sur l’horizon. Toute la journée, les deux bateaux ont négocié les calmes et tout fait pour continuer d’avancer vers le Sud pour toucher les alizés établis. La journée a été longue et frustrante et il a fait très chaud mais nous avons tous les deux été récompensés avec des vents d’Est plus établis.

La liste des travaux continue de diminuer et depuis quelques jours nous avons réussi à ne pas la rallonger. Nous sommes toujours très inquiets pour l’énergie du bord et la capacité à recharger les batteries. Nous fonctionnons sur le strict minimum tous les jours. Donc le temps que je peux passer sur l’ordinateur, c’est fini pour aujourd’hui !

"Ras le boubou!"

Il y en a ras le boubou de ces nuits à nuages, nuages mangeurs de vent. J'essayais de me rappeler de notre dernière nuit stable, je crois qu'il s'agit de celle où le pilote nous a lâché vers le matin, il y a 5 jours environ. Ras le boubou de voir les leaders avancer à fond les ballons vers le but, impuissant dans ces zones de calme. Nous avons essayé de la contourner, mis sans succès. Heureusement que je navigue avec Miss Sunshine sinon j'aurais une paire de pamplemousses accroches à la gorge qui me ferait tordre le cou. Enfin, j'arrête de râler, il y a pire comme situation dans la vie. Alors bonjour a tous en ce très beau matin, j'en suis sûr. Sidney sur Artemis Ocean Racing

Le barbier de Cali

Bonjour Le barbier est passé à bord aujourd'hui et il y avait du boulot. En terrasse de la véranda, à l'ombre, les conditions étaient réunies pour faire du bel ouvrage. Sinon à bord, c'est peu de vent, manœuvre sous le soleil, protection maximale pour éviter déshydratation et coup de soleil. Bon, je retourne sur le pont, la véranda veut accélérer. Arnaud Akéna Vérandas

Chat noir, chat blanc

Nuit Fantastique ! C'est certainement le plus beau quart que je vis depuis le début de cette transat. Tout a commencé par une bonne sieste avant la tombée de la nuit. Nous avons passé la journée à nous battre avec des gros nuages noirs qui par chance nous ont sorti de la pétole dans laquelle Lalou et Amaiur se sont installés. Pendant ma sieste, Loic m'a préparé le chemin. A lui d'aller se reposer ! C'est incroyable ! Bien joué Loic, beau placement ! C'est le Ying et le Yang, chat noir, chat blanc !

Prenez l'axe du bateau ! Devant il y a un beau croissant de lune qui nous ouvre la route. Grâce à elle, je vois mes étraves effleurer la mer. A droite de cet axe, sous notre vent, tout est noir, tant pis c'est passé ! A gauche, à notre vent, tout est clair, le ciel est parsemé d'étoiles ! Il y a peu de vent mais on file  à 10 nœuds au 220 afin d'aller rencontrer le peu d'Alizés qu'il reste par 17° Nord. Encore 120 milles et on est sauvé ! Je suis donc confortablement installé dans mon "Pouff Kingfisher".

C'est comme ça que Fred Dahirel l'avait baptisé à notre dernière Jacques Vabre ! Protégé par la casquette, les yeux rivés sur les compteurs, la télécommande à la main, +1, -2, +5°. Et oui, faut bien aidé un petit peu le pilote même ci celui-ci se débrouille plus que bien ! Ca glisse ! C'est doux ce soir ! Je viens de me faire un p'tit thé et j'ai quelques douceurs sous le coude en cas de besoin !

Et puis, j'ai mon petit lecteur MP3,  les conditions météos m'ont offert le droit de pouvoir écouter quelques morceaux de musique. Cette nuit, c'est Massive Attack qui va me faire vibrer ! J'insiste sur quelques uns de  leurs titres : Protection, Group Four, Exchange, Weather storm. Wouah ! C'est magique ! Ou plutôt Whaou !, on peut être sympa avec la concurrence, on les aime bien quand même !

Bon, si tu lis ce message Fred, va sur le net ! va sur Deezer et mets toi les morceaux que je viens de citer ! Ferme les yeux et repense à notre descente vers les canaries, le passage des îles du cap vert, la locomotive d'or, le milky way et ce fameux Pouff Kingfisher qui nous protégeaient nos p'tites fesses. Ben là c'est pareil, tout aussi magique ! Loin de nous maintenant ce Cap Finisterre !  

Pensée pour les terriens

Bonne nuit à tous de Foncia Nous continuons notre glissade paisible vers des alizés plus francs. Bientôt les Antilles puis la côte Nord de l'Amérique du Sud. Des coins plutôt sympas, des conditions de vent au portant rapide...le rêve!

Bon on n'est pas en tête ; trois poils à gratter nous gâchent un peu la vie, mais quand même ! Et pour reprendre encore une fois l'expression du "French Doctor" : "on est mieux là qu'à Châtelet!".

Petite pensée donc pour ceux qui vont s'engouffrer dans le tube ce matin pour aller au turbin.

Petite pensée aussi pour nos camarades qui ont dû abandonner prématurément la course. Je connais, pour ne l'avoir que trop vécu, leur frustration à nous voir glisser au soleil alors qu'ils sont à terre empêtrés dans leurs soucis techniques, peut-être même à Châtelet, dans le métro, vers un rendez-vous chez leur sponsor...

Bon courage à eux et bonne nuit encore à tous de Foncia qui shuuuusssss

Grains de sel dans le café…

Changement de décor et de cadre pour la flotte de la Transat Jacques Vabre 2009. Dans quelques heures, l’Atlantique sera dans le sillage des premiers concurrents qui emprunteront chacun leur porte d’entrée dans l’arc antillais. Une fois paré le dédale des îles aux noms évocateurs de vacances et de farniente, les marins entameront le dernier acte de la pièce qui se joue depuis plus de dix jours entre Le Havre et Puerto Limon. Ils s’engageront alors sur un sprint final qui sollicitera les nerfs et les organismes, tant la navigation pourra réserver des surprises. Comme pour leur signifier que le chemin à parcourir est encore semé de nombreux pièges, ce sont des successions de grains qui ont ponctué la nuit des duos et permis ainsi à Kito de Pavant et François Gabart de réduire un peu l’écart sur les leaders en Imoca, Marc Guillemot et Charles Caudrelier Bénac. Le premier Multi50, le Crêpes Whaou ! de Franck-Yves Escoffier et Erwan Le Roux devrait contourner La Barbade d’ici peu et ouvrir ainsi une nouvelle page de découvertes.

La Guadeloupe, Marie-Galante, La Barbade… autant de noms synonymes d’évasion, de soleil et d’exotisme pour les terriens engoncés dans l’hiver. Pour les marins de la neuvième Transat Jacques Vabre, ces îles paradisiaques marquent avant tout le lever de rideau sur la dernière partie d’un programme complet et sélectif. Nullement épargnés par la météo jusqu’à présent, la négociation de l’arc antillais et la navigation dans la mer des Caraïbes ne vont pas non plus se faire sans heurt pour les concurrents. Preuve en est la nuit qui leur est actuellement infligée. Des grains incessants, des oscillations constantes du vent en direction et ces montées en puissance si brusques qu’elles peuvent à elles seules causer des dégâts irrémédiables. Et généralement derrière, ces zones de calmes qui laissent les boxeurs groggy et engendrent parfois des pertes conséquentes de milles. Le tableau n’a rien de réjouissant mais il est conforme à la réalité du moment. Premier duo à avoir fait les frais de ces caprices météorologiques, celui composé par Marc Guillemot et Charles Caudrelier Bénac, leaders installés en tête des Imoca depuis plusieurs jours. N’ayant eu de cesse de creuser l’écart avec leurs poursuivants directs, Kito de Pavant et François Gabart, les hommes de Safran ont vu revenir le souriant Groupe Bel dans la nuit à une cinquantaine de milles. Autant dire que ces phénomènes aussi imprévisibles qu’imparables vont venir pimenter sérieusement le jeu des prochains jours et élargir considérablement le champ des possibles. Pour beaucoup, les espoirs sont donc encore permis de mieux figurer au classement quand pour d’autres, l’angoisse de ternir le tableau d’une conclusion heureuse s’installe. Dans cette navigation vers Puerto Limon, la guerre des nerfs va prendre ses droits…

Plus au Sud, aux abords de La Barbade, marque de parcours obligatoire à contourner pour les multicoques, pointent avec curiosité les trois coques rouges de Franck-Yves Escoffier et Erwan Le Roux. Relégués à plus de 1 200 milles, leurs poursuivants directs, Victorien Erussard et Loïc Fecquet, ne menacent plus le duo de Crêpes Whaou ! depuis longtemps. Mais jamais à cours de défi, le malouin et son acolyte entendent bien damner le pion aux monocoques sur la ligne d’arrivée à Puerto Limon et pour ce faire, de leur côté aussi un mano à mano s’engage avec les grains qui vont venir rajouter du sel dans le café…  

Safran puni

« La nuit a été animée : des grains, de la pluie, du vent, moins de vent, oui, animé c’est le mot ! Mais bon, les grains ça fait partie de l’alizé, c’est normal. Hier on a perdu 15 milles en étant pris dans un grain, on a vraiment été puni, on a carrément été arrêté par un nuage. Ca fait peur parce que finalement, en 2 heures, avec un temps comme ça, tu peux perdre 30 milles d’un coup… Il faudrait juste que ça n’arrive pas trop souvent. S’il n’y avait pas ça, on ne serait pas tant stressé. On subit un peu le truc en fait, parce que là, par exemple, je devais aller dormir, mais un grain est rentré donc il a fallu que je reste dehors pour gérer les changements de voile… C’est désagréable parce que tu ne sais jamais combien de temps tu vas y rester. On s’apprête à slalomer entre toutes les îles qui arrivent là, ça peut être un passage douloureux. On sera content quand elles seront derrière nous ces îles. Moi je connais bien ce coin, j’ai vécu là bas et Marc aussi y a pas mal baroudé donc on connaît pas mal les pièges, je ne suis pas trop inquiet ». Charles Caudrelier Bénac (Safran)

Nuit agitée

« On a eu une nuit agitée mais ça va. Ce n’est pas simple la vie dans les Antilles. On pensait être peinard mais ce n’est pas du tout le cas ! Il y a pas mal de grains et de gros nuages noirs qui se promènent. Quand ils passent ces nuages c’est gros coup de vent et pluie…. Hier on était au portant avec spi, grand voile et tout le reste et on s’est pris 30 nœuds d’un coup ! Ca a été le stress pour changer de voile. Actuellement on a du vent de Sud Est entre 15 et 20 nœuds mais ce n’est pas stable du tout ! Il faut être beaucoup sur le pont ». Kito de Pavant (Groupe Bel)

Découverte en perspective

« On approche de la Barbade, on est à 45 milles. On y sera dans 3 heures maxi. On a eu des grains cette nuit, donc on s’est un peu sous toilé pour prévoir les bonne voiles quand ça arrivait. Dès qu’on aura passé la Barbade, on tournera à droite, on renverra le gennak et on descendra le long des côtes pour voir la civilisation. On est content d’arriver dans le coin parce que notre dernier bord était vraiment long…. Par contre je connais très mal la zone des Antilles dans laquelle on arrive là, et je connais encore moins le golfe du Mexique, je ne m’y suis jamais rendu. Mais c’est bien de découvrir un peu. On va arriver avec un bateau neuf, à Puerto Limon, une ville que je ne connais pas, c’est assez marrant. » Franck-Yves Escoffier (Crêpes Whaou!)

Déjà au rhum...

Ben ça promet pour la route du Rhum 2010 !!!!! Ce soir nous sommes à 180 milles de la Guadeloupe que nous atteindrions en 12 j environ au départ du Havre (demain vendredi en mi journée) Ca doit quand même faire une belle moyenne qui sera sans doute difficile à tenir en solo l'an prochain. En tout cas c'est un bon entraînement que de faire cette Transat Jacques Vabre.

Alors évidemment, on ne va pas s'arrêter à Pointe à Pitre ; quoique j'aurai apprécié une pina colada mais il nous reste encore 1 500 miles à faire pour atteindre le Costa Rica. C'est donc loin d'être fini pour les uns comme pour les autres et il va y avoir de la bagarre à tous les étages.

Si la navigation aux Caraïbes parait plus enviable que celle du golfe de Gascogne, surtout en novembre, elle comporte pour autant un bon nombre de pièges, notamment les grains qui se forment dans les nuages et les rafales qui peuvent s'en dégager, certaines pouvant atteindre 40 nœuds et comme au portant on a tendance a porter beaucoup de toile, 680 m² en ce moment, il convient de rester très vigilants.

Nous ne sommes sous spi que depuis ce matin; il est resté dans son sac pendant 11 jours !!! Nous l'avons assorti de notre arme secrète et ça a l'air de bien fonctionner puisque nous avons stoppé l'hémorragie de milles face à Safran et même repris un peu de terrain mais il est clair que depuis 2 jours nous n'avons pas les mêmes conditions de vent
Revenir en haut
Publicité




MessagePosté le: Ven 20 Nov - 22:10 (2009)    Sujet du message: Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    barreursvirtuels Index du Forum :: Les Régates Réelles. :: Toutes les Infos sur les Régates Réelles. :: Transat Jacques Vabre. Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2018 phpBB Group Traduction par : phpBB-fr.com 
Original Sosumi theme by Kevin Knopp :: Adapted for phpBB by Scott Stubblefield