Return to Index
 S’enregistrer   FAQ   Rechercher   Membres   Groupes   Profil   Se connecter pour vérifier ses messages privés   Connexion 
Infos N°12 du 19/11/2009.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    barreursvirtuels Index du Forum :: Les Régates Réelles. :: Toutes les Infos sur les Régates Réelles. :: Transat Jacques Vabre.
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Brezhoneg


Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2009
Messages: 588
Localisation: Bretagne Sud
Masculin Vierge (24aoû-22sep) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Jeu 19 Nov - 22:12 (2009)    Sujet du message: Infos N°12 du 19/11/2009. Répondre en citant
La main de Dieu, la tentation du diable

Pas d’artifice douteux dans la prestation de Safran qui caracole en tête de cette Transat Jacques Vabre suivi comme son ombre par Groupe Bel. Inexorablement, les deux leaders creusent l’écart sur le reste de la flotte et devraient aborder le sprint final avec une certaine marge de sécurité. Derrière, on s’interroge sur les coups à jouer : persévérer dans une stratégie de gagne-petit ou tenter l’option radicale… Même si la tentation subsiste, nombre de navigateurs savent aussi que l’enfer est pavé de bonnes intentions.

A la régulière… La progression de Marc Guillemot et Charles Caudrelier n’a rien  d’un hold-up, tant elle procède d’une logique implacable depuis le début de cette Transat Jacques Vabre. Une stratégie incisive et audacieuse, une gestion du mauvais temps, un bateau parfaitement préparé et une vitesse impressionnante ont conduit logiquement le duo de tête aux avant-postes de la course. Même constat pour Kito de Pavant et François Gabart qui restent plus que jamais candidats à la victoire. Mike Golding et Javier Sanso (Mike Golding Yacht Racing), campés solidement en troisième position auraient peut-être pu continuer de briguer une première place qui semble s’éloigner un peu plus chaque jour.  Derrière, la flotte est reléguée maintenant à plus d’une journée de mer et chacun sait que, sauf retournements de dernière minute, il va être très difficile d’empêcher l’un des deux plans VPLP/ Verdier de décrocher la timbale.

Traquer l’improbable rêve

Mais tous, des premiers poursuivants aux attardés, sont des compétiteurs dans l’âme. On imagine difficilement l’un quelconque de ces équipages adopter une attitude désabusée et choisir de jeter le bébé avec l’eau du bain… Alors, forcément, s’insinue quelque part la tentation du bord que l’on dit du facteur, sans égard aucun avec la rude tâche des employés des postes dont la tournée emprunte parfois d’étranges circonvolutions. Oser l’option radicale, celle qui a une chance sur mille de rapporter quelques dividendes, mais se dire que l’on aura tout tenté. On se surprend parfois à détecter un fichier de vent improbable, à dénicher une bulle anticyclonique à contourner au prix d’un détour impensable en conditions normales. Et il faut toutes les vertus de l’expérience pour ne pas se laisser envahir par ces petits démons qui murmureraient à l’oreille de tenter le coup du siècle… Mais la sagesse est là pour rappeler qu’entre un tour de force et un tour de cochon, la différence ne tient parfois qu’à la réussite. Et ce, d’autant plus que la situation météorologique est relativement stable : a priori, l’alizé semble vouloir s’établir avec une légère composante nord, ce qui favoriserait une trajectoire proche de la route directe…

Main gagnante

Autant dire, qu’au vu des informations du jour, les leaders ont un certain nombre d’atouts dans leur manche. Pour autant, la bagarre ne perd pas en intensité… Il existe des objectifs intermédiaires pour lesquels chacun estime que ça vaut le coup de se battre. En quatrième position, Foncia sait qu’il suffit d’un incident de course au sein du trio de tête pour grimper sur le podium… Dans son tableau arrière, le gain de la cinquième place est au prix d’une bataille âpre où quelques milles qui peuvent sembler peccadille à l’échelle d’un océan seront peut-être déterminants devant les jetées de Puerto Limon. Pour l’heure, tous se préparent à traverser l’arc antillais. Hormis Crêpes Whaou ! qui se voit imposer de laisser l’île de la Barbade à tribord, tous les autres concurrents vont avoir le choix. Info ou intox ? Chacun dit ou feint de ne pas savoir où cette barrière sera franchie. Encore que… comme le rappelait Jean-Luc Nélias, le passage des Antilles ressemble à une passoire tant les possibilités de franchissement sont nombreuses. Et c’est bien évidemment, le positionnement stratégique à venir qui va déterminer le point de passage de chacun… Mais les trous de la passoire auront-ils tous le même diamètre ?

"Le petit guide du parfait voyageur"

Pour l’Arc des Antilles, ce sera au portant dans l‘alizé avec du mollissant en arrivant sur Puerto Limon comme prévu et comme c’est écrit dans le guide du « parfait voyageur de la mer des Antilles » (Rires.) .On fait la course vers le sud pour aller choper un peu plus de pression à partir de demain …Où l’on passera on s’en fiche un peu. Y a des trous partout, de toutes façons c’est un peu une passoire, il y a des trous partout ! Concernant le mode furtif, on va sans doute tous l’utiliser le dernier jour, la dernière nuit… ». Jean-Luc Nélias sur Veolia Environnement

Prévisions de Météo Consult

Vendredi 20
L’entrée dans la mer des Caraibes se fera pour les premiers dans une alizé de secteur est-nord-est plutôt faible, mais qui devrait se renforcer progressivement en cours de journée. Pour les poursuivants, l’alizé sera plus fort mais également plus instable en direction. Le temps sera perturbé à l’est de l’arc Antillais, et beaucoup moins à l’entrée de la mer des Caraibes. Le risque de grains est modéré et assez localisé. Pour les multicoques les conditions de navigation resteront inchangées. L’alizé restera soutenu pour le premier et faible pour les poursuivants.

Samedi 21
La présence de dépressions en mer des Caraibes, conjugée à celle de l’alizé près des Antilles, favorisera le renforcement du vent d’est en mer des Caraibes. Sa force moyenne sera de 20 nds avec un risque de vents plus forts. Ces vents seront pluôt modérés à faibles pour les concurrents qui aborderont la mer des Caraibes ou l’arc Antillais. Le temps sera très perturbé et pluvieux orageux près des Antilles. Concernant les multicoques, l’alizé se renforcera à 15 et 20 nds.

Dimanche 22
Pour les premiers, le vent d’est-nord-est deviendra assez fort entre 25 et localement 30 nds avec des rafales possibles jusqu’à 40 nds. Ce renforcement concernera également les poursuivants, mais avec des vitesses davantage comprises entre 15 et 20 nds. Le temps sera très perturbé en mer des Caraibes jusqu’aux Antilles. Les pluies seront fréquentes et parfois fortes avec un risque d’orages. Pas de changement pour les multicoques. L’alizé modéré à assez fort persistera.

Lundi 23
En direction du centre de la dépression positionné dans le golfe de Campêche, le vent de nord-est commencera à faiblir pour les premiers. Corrélativement, le temps deviendra très orageux avec un risque important de très fortes pluies et orages. A l’arrière le vent de nord-est sera assez fort avec un risque d’atteindre 25 à 30 nds en vitesse moyenne. Ce vent sera modéré près des Antilles.

Un légume au piquet

On y avait bien pensé à monter dans le mât pour passer les coulisseaux de rail de GV à la main et re-hisser la GV plus haut! Mais sur un multicoque, les coups de rappel sont d'autant plus violents que l'on se trouve haut perché sur le mât. Il est sage d'attendre un état de la mer plus clément. Hier soir c'était le cas.

ON décide que JE monte (chef oui chef).

J'avais encore en souvenir la pénible (mais fructueuse!) expérience d'ascension de Gael SIMON, notre équipier Québécois pendant l'aventure de la Québec St Malo 2008 avec Prince de Bretagne sur ce même Trimaran.

Le mieux étant l'ennemi de bien, nous avons décidé de tenter de ne gagner qu'un ris. Après une heure de travail c'était chose faite.On a gagné notablement en vitesse (et un bon nombre de contusions) dans ces conditions de tout petit vent.

C'est notre petite victoire du jour.

Hugo Boss à bon port...

Malgré des conditions difficiles, où ils ont dû affronter des vents montant en rafales jusqu'à 48 noeuds, Alex Thomson et Ross Daniel sont arrivés à Horta aux premières heures de la matinée. Ils comptent gruter le bateau au plus vite de manière à faire une évaluation la plus exacte possible des dégâts occasionnés.

"Nous avons passé notre temps à tirer des bords et plus nous allions vite, plus nous embarquions de l'eau. Aussi nous sommes bien contents d'être arrivés..." déclarait Alex à l'issue de son accostage.

Ça sent les Antilles… et la rose !

Nous avons passé la nuit à longer les côtes dans un vent mollissant sous une canopée d’étoiles étincelantes. La mer plate et les températures chaudes ont fait de cette nuit une nuit sans événement particulier, mais une magnifique nuit de navigation. Comme prévu, nous nous sommes battus contre les vents faibles avec ceux qui nous entourent. Si nous continuons de bien travailler et que nous restons devant ce petit groupe, nous devrions toucher des vents plus forts plus vite, dans environ 36 heures. C’est incroyable de recevoir les fichiers grib pour la météo et de réaliser jusqu’où nous sommes arrivés parce que nous avons également atteint la météo antillaise. Pour rendre hommage à ce thème antillais, nous avons d’ailleurs fêté à ça avec une douche à bord d’Aviva. Maintenant, le bateau et son duo dynamique sentent bon la rose ! Brian et Dee sur Aviva

Humeurs contemplatives…

Presque une semaine après la tempête, un calme relatif a gagné la flotte de la Transat Jacques Vabre. Aux abords de l’arc antillais et alors que les concurrents composent avec un Alizé qui joue les filles de l’air, l’humeur est à la satisfaction. En la matière, les motifs ne manquent pas et diffèrent d’un bateau à l’autre. Si certains se réjouissent d’avoir pu se faire un peu la belle dans la nuit, pour d’autres, le spectacle d’un ciel étoilé que rien ne vient ternir relève de l’enchantement permanent. En mer on s’offre une parenthèse poétique alors qu’à terre on se perd en conjectures sur le fait de savoir en quels points la fameuse porte d’entrée antillaise sera pénétrée. A bord de Safran, le sourire est de mise en cette fin de nuit qui a permis aux leaders de creuser l’écart qui les sépare de leurs dauphins. Chez les Multi50, dégagés d’une certaine forme de pression, Franck-Yves Escoffier et Erwan Le Roux apprécient…
Onze jours de course et plus que 1 600 milles à parcourir, ou encore de longues journées de lutte pour les Imoca… c’est selon. Quoi qu’il en soit, pour les partisans du verre plein ou du verre vide, la course est loin d’avoir livrée son verdict et aujourd’hui plus que jamais, chaque détail aura son importance, chaque mot émanant du large pourra trouver une interprétation définitive pour qui l’entendra. Mais à l’heure où la nuit a pris ses quartiers sur une flotte qui pointe ses étraves vers les Antilles, chacun se réjouit du spectacle d’un ciel étoilé, sans un nuage, bercé par une mer plate et un semblant d’Alizé dont chacun se contente de bon gré. Les marins sont à la contemplation et le temps semble comme suspendu, tant ils se plaisent à profiter des ces rares moments qui font oublier tout le reste. Mais qu’on ne s’y trompe pas, aucun d’entre eux n’a pour autant posé son mouchoir sur la compétition qui bât son plein sur l’Atlantique. Ainsi, si Charles Caudrelier Bénac, heureux co-skipper du bateau de tête chez les Imoca, prenait la peine de relever le spectacle, c’est surtout qu’il accompagnait en ce jeudi le constat d’une échappée nocturne fructueuse et se soldant par désormais près de 80 milles d’avance sur le duo Kito de Pavant – François Gabart et environ 160 milles sur Mike Golding et l’espagnol Javier Sanso. Quand les bonnes nouvelles se lisent sur fond de décor paradisiaque, elles prennent une toute autre valeur. Heureux ces riches qui s’enrichissent au contact d’une météo favorable. Mais que l’on ne s’y trompe pas, cette situation n’est qu’un instantané du petit jour et ne vient pas pour autant mettre un terme au duel fratricide. En navigateurs d’expérience, le pilote de Safran et le meilleur ami de la Vache savent mieux que quiconque à quel point le chemin vers le Costa Rica est encore semé d’embûches.

Chez les Multi50 aussi on apprécie le spectacle et la palme de la description enchanteresse revient à celui qui truste le haut du pavé depuis l’entrée en scène havraise. Pour Franck-Yves Escoffier, la récompense des rigueurs dépressionnaires endurées la semaine dernière se gagne aujourd’hui dans le spectacle de ces nuits rêvées. La vie se fait décidément très douce avec l’équipage de Crêpes Whaou ! en ce moment. Mais n’allons pas imaginer que pour les autres protagonistes de cette pièce atypique, à l’impossibilité matérielle de rivaliser avec le chef de file s’ajoute la privation de tout plaisir visuel et sensoriel. A bord d’un Guyader pour Urgence Climatique aussi on profite du moment et on s’accorde une projection à long terme en rêvant d’une monture à la hauteur de ses ambitions. C’est qu’on aimerait parfois n’avoir à offrir que le spectacle de son tableau arrière…

Galères et plaisirs

« On a fait une nuit superbe. C’était étoilé quasiment à 100% et c’est d’une clarté et d’une pureté incroyable… ça faisait longtemps que je n’avais pas vu ça. Il n’y a pas beaucoup de vent donc on se traîne un petit peu mais ce n’est vraiment pas grave. Ca fait rêver, ça fait penser à plein de trucs. Le bateau va bien, je suis seul, ça glisse, c’est un grand moment de plaisir. On était sous gennak pendant longtemps cette nuit, c’était magnifique. Mais ça a commencé à refuser, donc on est retourné sous solent et grand voile. Du coup c’est un peu plus bruyant, mais le ciel est toujours aussi beau. Maintenant j’imagine le lever de soleil qu’on va avoir ça va être sublime ! Autant il y a eu deux journées très dures sur le bateau au début, autant quand on a ça…. Ca rattrape tout ! A partir du moment où on a des galères ça fait que nos moments de plaisir ensuite on les vit vraiment différemment. Si c’est du tout cuit on apprécie beaucoup moins… ». Franck-Yves Escoffier (Crêpes Whaou!)

Embourgeoisement

« On n’a pas forcement de bonnes conditions pour aller vite, mais en tous cas c’est agréable d’avoir un bateau enfin sec ! Le vent n’est pas établit partout sur la zone donc il y en a qui en ont profité pour se barrer. Les riches s’enrichissent souvent dans la course au large... En tous cas, Guillemot il s’est un peu embourgeoisé! Cela dit la route est encore longue. Il y aura plus de jeu en mer des caraïbes. Par contre on n’arrive pas avoir d’informations météo depuis 2 jours car on a beaucoup de mal à se connecter, donc finalement on ne sait pas trop où on va. Il faudra juste être là où il y a du vent ce n’est pas très compliqué en fait ! En ce moment on a du vent et on marche entre 10 et 15, c’est rentré à nouveau pendant la nuit ». Kito de Pavant (Groupe Bel)

Nuit reposante

« Ca va très bien. On essaie de comprendre ce qu’il se passe parce qu’il devrait y avoir un peu moins de vent mais ce n’est pas le cas ! Il doit y avoir une raison pour que l’on ait gagné tant de milles sur Groupe Bel pendant la nuit, ils doivent avoir un problème technique ou quoi, c’est pas possible autrement… On a fait une belle nuit, on a entre 10 et 15 nœuds, ça glisse et il fait bon, c’est reposant. On a réussi à faire 2 ou 3 quarts de 3 heures chacun et on n’a pas fait de changements de voile de la nuit donc c’est pas mal… Surtout qu’il n’y a pas un nuage et il n’y a plus de grains. Par contre on est un peu en panne d’alizé car ce n’est toujours pas de l’alizé établi. S’il n’y a pas de nuages durant la journée ça va être dur parce que ça voudra dire qu’il n’y aura pas de vent. Mais normalement il y a un régime d’alizé qui devrait s’installer doucement. On est loin de l’arrivée, il reste encore 1500 milles, c’est énorme ! On peut encore casser s’il y a des alizés plus forts et il va y avoir beaucoup de manœuvres à faire, donc tout peut arriver. Le passage des Antilles va être important aussi, il va falloir choisir la bonne porte. Nous on a déjà réfléchi à notre trajet, mais évidemment, on ne vous dira rien… »

Les voeux de Vic

Bon, et bien : nous voilà le 19 Novembre et il nous reste un paquet de milles devant nous. Et on a 280 milles à faire en plus que les Imoca. Pour Crêpes Whaou !, c'est faisable mais pour nous, ça va être difficile d'arriver en même temps que tout le monde. On fait tout pour arriver à temps à la remise des prix du 27 mais ça risque d'être compromis.

Le paquet de tête fait route directe tandis que nous luttons pour ne pas être aspiré par l'anticyclone qui nous retient. On va tout de même vite mais peut être pas assez pour aller chercher des alizés très sud qui nous rallongent la route de plus de 400 milles. Mais bon, c'est comme ça ! A la dernière Transat Jacques Vabre, j'avais loupé aussi la remise des prix de quelques heures. Décidément ! Le pauvre Loic, son avion décolle le 29 novembre au matin. Ca va être un passage éclair pour lui !

Sinon, sinon, on est heureux d'être là ! J'aimerais être plus proche de la tête du peloton mais la première partie de la traversée a été très dure pour notre bateau. Pas que pour nous d'ailleurs, on est que 50 % à être passé ! Il fallait une bombe de VPLP pour se sortir de ce merdier ! Ce dégolfage me fait pensé au Rhum 2002 où 3 ORMA 60 sur 18 étaient arrivés à Pointe à Pitre ! Lady Mac Arthur avec Kingfisher avait fait un carton !

Et oui, les Multis, c'est bien mais ces bateaux sont capricieux, ils aiment le débridé avec en prime une mer pas trop formée ! Et là ça roule, ça glisse, comme en ce moment d'ailleurs ! C'est top, ces nuits chaudes étoilées où l'on entend ce léger sifflet à chaque surf de vague ! Tiens, voilà la lune, notre amie, ça faisait longtemps qu'on ne l'avait pas vu ! On l'aime bien celle-ci ! Elle nous facilite la vie afin d'épouser au mieux les vagues en évitant ainsi ces vieux arrêt buffet !

Tiens une étoile filante ! Je fais un voeux ! Je ne vous le dit pas sinon ça ne marchera pas dit-on ! Mais sans nul doute, vous l'aurez deviné ! Ben oui, moi aussi, j'aimerais bien l'avoir,  mon p'tit VPLP !!! qui m'éviterait de louper les remises des prix !!!

"Qualifiés oh la main !"

Surréaliste ! Hier soir 21 heures, je propose à Jérémie un plat chaud. Je fais chauffer l'eau, prépare les sachets, remplis d'eau enfin bouillante, touille, ferme les sachets, et dis à Jérémie qui barre "je vais me faire un sieston, je te reprends tout à l'heure". Je vais me pieuter, et me réveille un peu groggy ... 2 heures plus tard.

Je passe la tête par la porte de la descente, et demande à Jérémie "Alors, comment qu'c'est , mon gars ?"

Il me répond "ah, ça a été dur !" Je veux bien le croire, je l'ai laissé avec 10 nœuds de vent dans une mer plus que chaotique, et ça a mollit encore, donc chiant à barrer, et lent. Et là, il me dit "un partout" l'air penaud. Je me dis "tiens, j'ai du faire une connerie t'à l'heure, il viens de faire la même !" et il s'en excuse déjà, mais je ne vois pas de quoi il parle. Et il renchérit"Les irlandais..." qué les irlandais ? Ya bien un anglais devant, mais entre 21 heures et 23 heures, ya pas de classement, non ?

Oh merde le match, bien-sûr, j'chuis con aussi. D'habitude, quand yen a un qui se lève, l'autre lui raconte succinctement comment s'est passé son quart, le vent, les réglages, etc.Non, là, mon pépère, il était encore tout chose, il avait lu au fur et à mesure les 52 mails envoyés de terre pour lui permettre de suivre le match pas à pas. Il était encore tout dépité, non du résultat, la qualif, mais de la méthode.

Bref résumé, parce que je ne vais pas lire les 52 mails à mon tour, c'est plus drôle son résumé !

But des Irlandais à la 33', ok c'est fait ! Et égalisation dans les prolong's suite à une main de Henry. Tiens je croyais que c'etait du foot, pas du hand. Ooh Thierry, tu déconnes !

Après le coup de tête de Zidane, les talonnettes de Sarko, v’là la main de Henry, bonjour l'image de la France, enfin qualifiée .

Et pendant ce temps-là, on est enlisé en panne d'Alizé, et la France elle s'en foot, elle dort. Tout le monde dort sauf 2, tous 2 confrontés à un grand moment de solitude, ma pomme parce que j'ai mon mot de la nuit à écrire et j'ai personne pour relire, et l'arbitre, qui lui nedort pas du tout, encore terrorisé de son erreur (t'inquiète, l'erreur est humaine, a dit le philosophe), seul parce que lâché par l'arbitre vidéo, déjà parti sabrer le champagne pour la qualif et la prolongation du contrat de Dopmenech (la faute, c'est une faute de frappe, le O et le P sont à côté sur le clavier, mais je l'aime bien, je la garde !), vous savez, le coach que Jérémie, il adore.

Bon, c'est pas bien grave, Jérémie a bouffé sa gamelle et s'en est allé dormir, ce qu'il fait toujours 3 heures plus tard, la conscience tranquille de ne pas avoir regardé un match  la-men-table !Pendant ce temps-là, le vent est revenu à bord de Foncia, qui file à nouveau à plus de 12 nœuds. Seul sur le pont, toutes lumières éteintes à part celles des cadrans électroniques, je contemple le ciel étoilé, parfois lacéré de flèches lumineuses, et je me dis qu'on est bien enmer, pendant que d'autres dorment.

Et en bonus, j'ai trouvé le titre de la une de L'Equipe de ce matin"Qualifiés oh la main !"

Ascension express

Bonjour, Sur les photos vous verrez quelque chose en haut du mât ce n'est pas un hibou. Par contre à bord j'ai un p’tit hibou, une marmotte et une p’tite vache (ça fera partie des photos à venir!). On a profité d'une mer un peu stable pour faire une "bidouille" en haut du mat Vince a chronométré : 12' montée + descente. 1 heure plus tard, on profitait d'un joli arc-en-ciel : on a une belle vue de notre véranda : en haut du mât ou en bas. Sinon après-midi difficile avec des nuages qui nous pompent l'air dans les tous les sens du terme ! Mais c'est reviendu, alors on cravache ! Arnaud & Vince Akéna vérandas
 
Revenir en haut
Publicité




MessagePosté le: Jeu 19 Nov - 22:12 (2009)    Sujet du message: Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    barreursvirtuels Index du Forum :: Les Régates Réelles. :: Toutes les Infos sur les Régates Réelles. :: Transat Jacques Vabre. Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2018 phpBB Group Traduction par : phpBB-fr.com 
Original Sosumi theme by Kevin Knopp :: Adapted for phpBB by Scott Stubblefield