Return to Index
 S’enregistrer   FAQ   Rechercher   Membres   Groupes   Profil   Se connecter pour vérifier ses messages privés   Connexion 
Infos N° 11 du 18/11/2009.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    barreursvirtuels Index du Forum :: Les Régates Réelles. :: Toutes les Infos sur les Régates Réelles. :: Transat Jacques Vabre.
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Brezhoneg


Hors ligne

Inscrit le: 19 Oct 2009
Messages: 588
Localisation: Bretagne Sud
Masculin Vierge (24aoû-22sep) 蛇 Serpent

MessagePosté le: Mer 18 Nov - 21:54 (2009)    Sujet du message: Infos N° 11 du 18/11/2009. Répondre en citant
Le retour des éclopés

Si, pour la flotte de la Transat Jacques Vabre, cette journée a plutôt ressemblé à une longue glissade tranquille, elle a marqué pour d’autres, le point final d’une aventure achevée prématurément.
Marc Thiercelin et Christopher Pratt sont donc arrivés à leur base de Lorient où le bateau va pouvoir entrer en réparations. Un retour prudent et sans encombre malgré le stress continu qui a dû accompagner les deux navigateurs tout au long de leur convoyage retour.

Autre équipage qui a devrait voir le bout du tunnel, c’est celui d’Hugo Boss. Alex Thomson et Ross Daniel sont attendus dans la journée de demain à Horta où ils pourront procéder aux réparations nécessaires pour ramener leur bateau jusqu’en Angleterre. Une belle performance quand on se souvient que l’avarie qui avait endommagé leur bateau s’était produite à plus de 500 milles de l’archipel des Açores.
Enfin, BT est à l’abri dans le port de Terceira. Mais il reste encore à mettre en œuvre les moyens pour pouvoir vider le bateau et faire qu’il soit à nouveau à flot…

Nuit contrastée sur Foncia

"Il y a toujours des paquets de mer sur le pont, même sans ciré, on est trempé. On ne reste pas trop sur le pont car on n'a pas beaucoup de manœuvres à effectuer. Jérémie a eu une belle nuit étoilée, mais pour moi ce n’était pas la même ! Je n’ai pas dû aller dans la bonne agence… J'ai eu de la pluie, pas de vent et pas d'étoile. Je n’ai pas eu le même service : je vais aller me plaindre ! Mais bon, la roue tourne, j'aurai plus de chances la prochaine fois."
"Pour la répartition des tâches, c'est du 50/50. Je m’occupe peut-être un peu plus la météo et j’en fais une lecture, mais là, c'est Jérémie qui vient de vérifier les fichiers... d'ailleurs je vais commencer à m’inquiéter : il ne m'a toujours rien dit (rires). On essaye surtout d’aller le plus vite possible.

Les bonheurs de François Gabart

«Ça se passe bien, grand soleil, avec un vent un peu plus faible donc on est un peu moins rapide. Ça nous permet de nous reposer un peu. C’est dommage, on a perdu pas mal de terrain sur Safran. Mais je me régale, on vit des moments extraordinaires, je suis comme un poisson dans l’eau. Je préfère être ici qu’en France en hiver. Kito se repose, moi j’étais à la barre, mais j’ai mis le pilote pour vous répondre ; le vent n’arrête pas de bouger ».

Mi-temps

Même dans les compétitions les plus intenses, il existe forcément des alternances de temps forts et faibles. Après les conditions exécrables rencontrées pendant les premiers jours de course, puis la chevauchée au triple galop vers des latitudes plus clémentes, il était temps de s’accorder un temps de répit… Chaleur revenue, vents mollissant légèrement, les navigateurs engagés sur cette Transat Jacques Vabre ne boudent pas leur plaisir… d’autant que les jours à venir seront autrement plus tendus.

Bien sûr, pas question de retourner aux vestiaires pour un recadrage tactique et un temps de récupération avant de rentrer dans l’arène. Si les courses de voile n’autorisent pas de vrais temps morts, elles offrent parfois des pauses bienvenues : et celles-ci sont suffisamment peu nombreuses pour tenter d’en profiter à plein. C’est l’heure des petits messages envoyés à la terre pour dire qu’on pense à ses proches, des nuits étoilées où l’on barre en laissant vagabonder son imagination, de la douche d’eau de mer que l’on attendait depuis des jours que l’on macérait dans son ciré… Ces petites attentions personnelles futiles sont souvent déterminantes pour recharger les batteries du corps et de l’âme. D’autant que certains gestes quotidiens deviennent précieux, quand on en a été privé par la force des choses et la volonté des éléments. C’est aussi l’occasion de faire le décompte des petits bobos du bateau et des bonhommes. La mer possède cet art étrange de transformer parfois un fringant jeune homme plein de santé, en une sorte de vieux beau perclus de courbatures, qui voudrait encore faire bonne figure.

Tout vient à point pour qui sait attendre

Pour profiter de ces moments, il convient aussi de ne pas tirer de plans excessifs sur la comète… trop de prospective peut parfois nuire à la récupération. Des premiers à la queue de peloton, on envisage l’atterrage sur l’arc antillais avec une certaine distance. Interrogés à la vacation, tous les navigateurs reconnaissaient ne pas savoir avec certitude quelle passe leur servirait à quitter l’Atlantique pour la mer des Caraïbes. Ou feignaient de ne pas le savoir… Car, même à la mi-temps, l’intox psychologique reste une arme.

Côté classement, c’est le statu quo… Entre Safran (Marc Guillemot – Charles Caudrelier Bénac) et Groupe Bel (Kito de Pavant – François Gabart), l’élastique ne cesse de se tendre et se détendre. Mike Golding et Javier Sanso (Mike Golding Yacht Racing) bataillent pour préserver leur troisième place et gardent encore à distance prudente Michel Desjoyeaux et Jérémie Beyou (Foncia). Ces deux derniers n’ont toutefois pas baissé la garde et profitent d’un bateau en parfait état pour continuer de grignoter des milles, sur une route un peu plus sud que leurs adversaires. Mais comme le reconnaissait lui-même le double vainqueur du Vendée Globe, ce tandem de furieux devra compter sur un faux pas de ses prédécesseurs pour se hisser sur le podium et plus si affinités. Même son de cloche chez Vincent Riou et Arnaud Boissières (Akena Vérandas) comme Sam Davies et Sidney Gavignet (Artemis) qui se fixent, pour l’heure, des objectifs intermédiaires avant d’envisager de plus hautes ambitions.

Chez les Multi50, Franck-Yves Escoffier et Erwan Le Roux se sont donnés un nouveau challenge, faute de concurrence au sein de leur classe. Parvenir à Puerto Limon devant le premier des IMOCA aurait un certain panache, compte tenu des conditions rencontrées sur la première partie du parcours… Mais il leur faudra contourner l’île de la Barbade pour parvenir à leurs fins. Pour peu que les restes d’alizés s’orientent avec une légère composante sud, les deux navigateurs devront négocier toute une série d’empannages. Plus que la distance supplémentaire à parcourir, c’est bien le positionnement stratégique contraint de Crêpes Whaou ! qui devrait décider de la réussite ou non de leur pari. A l’arrière de la flotte Hervé Cléris et Christophe Dietsch (Prince de Bretagne) ont choisi : ils s’arrêteront à Puerto Calero, sur l’île de Lanzarote pour réparer. Pour eux, pas question de renoncer : le Costa Rica était leur objectif, il n’a pas changé…

Leaders sous la pression de leurs poursuivants, concurrents attardés à la recherche du temps perdu, la qualité des relations entre les navigateurs est le meilleur antidote aux accès de morosité potentiels : une dose de gestes d’attention à l’autre, un zeste d’humour décapant, une manière de ne pas rechigner à la tâche et haut les cœurs ! Les voilà prêts à bouffer le monde par les étraves…

DCNS à quai à Lorient

Fin de partie pour Marc Thiercelin et Christopher Pratt. les deux navigateurs ont réussi à ramener leur bateau blessé jusqu'à Lorient où ils sont arrivés ce soir aux alentours de 17h. Prochain objectif, préparer le Rhum 2010 pour la première navigation en solitaire de Christopher...

Un Prince à Lanzarote

« On va s’arrêter aux Canaries à Puerto Calero (au sud est de l’île de Lanzarote). Ca me rappelle les bons souvenirs de la Mini-Transat de 1999. On est dans un système d’alizés. On fait des pointes de 18 nœuds sous gennaker avec 2 ris dans la grand-voile. Depuis qu’on est sorti des pressions du nord : place aux lunettes de soleil ! On s’est préparé un repas avec les derniers légumes frais. Sur Prince de Bretagne, l’aventure a un peu changé. En tant que marins, on s’est dit qu’on allait au Costa Rica, donc on va y arriver…

Chacun son lièvre

"C’est vrai que Bilou se fait un malin plaisir à me réveiller pour manœuvrer. Sur cette Transat, c’est moi la pomme. Mais c’est toujours un plaisir quand il me réveille. On n’a pas encore du tout pensé au passage de l’arc antillais. Notre option sera plutôt orientée vers le sud pour nous. On passera sans doute où les premiers ne passeront pas. Chacun a son destin entre les mains, nous on a un œil sur Aviva. C’est un vrai lièvre en terme de vitesse, mais aussi de stratégie. Sur Michel Desjoyeaux il y a trop d’écart latéral pour qu’on puisse comparer.

Un corps de gladiateur

"Vincent et moi, on est en pleine forme ! Ca se passe super bien avec lui. Même si notre retard est un peu frustrant, tout va bien à bord. Je pensais aussi avoir plein de bleus avec la navigation des jours passés, mais j’ai un corps de gladiateur ! On vient de finir de manger. Le midi, c’est lyophilisé, et le soir, pâtes ou conserves."

"En général, Vincent prend la météo puis fait tourner les routages. On regarde ensemble, on en discute. On a la même manière de faire, mis à part le fait que Vincent vérifie les fichiers sur un ou deux modèles concurrents pour ne pas faire d’erreur.Je me suis senti bien à bord de ce bateau dès le premier jour, mais c’est vrai qu’une transat permet de prendre ses marques. AKENA Vérandas est facile à vivre en termes de navigation et de manœuvre. Le cockpit à l’arrière est plus grand et on peut y mettre les voiles. Le bateau est plus puissant, plus exigeant, mais son aménagement est plus simple. C’est bien foutu ! Là, je suis à l’intérieur, devant la table à carte, dans le pouf : je suis peinard !Le soir, on pousse le repas assez tard pour ensuite faire de petites siestes. Pour le moment, nos quarts durent entre deux heures et deux heures trente. Mais on n’hésite pas à réveiller l’autre, même si c’est pour peu de chose."
 
Revenir en haut
Publicité




MessagePosté le: Mer 18 Nov - 21:54 (2009)    Sujet du message: Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    barreursvirtuels Index du Forum :: Les Régates Réelles. :: Toutes les Infos sur les Régates Réelles. :: Transat Jacques Vabre. Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2018 phpBB Group Traduction par : phpBB-fr.com 
Original Sosumi theme by Kevin Knopp :: Adapted for phpBB by Scott Stubblefield